Les gagnants sont tous allés réclamer leur lot lors d’un point de presse tenu à Drummondville.

Des millionnaires surpris et heureux

DRUMMONDVILLE — Lorsqu’il a su qu’il venait de remporter un lot de 6 millions $ au tirage du Lotto Max de vendredi dernier, André Goupil a choisi de réaliser l’un de ses plus grands rêves. L’homme de Drummondville, en compagnie de sa femme Denise Bolduc, est allé s’acheter une paire de bas à la Justin Trudeau. «Il n’y a pas de petits rêves», s’écrie le nouveau millionnaire, en éclatant de rire.

Ils étaient quinze nouveaux millionnaires, jeudi après-midi, à venir réclamer le gros lot de 60 millions $ remporté au Lotto Max, l’un des lots les plus importants de l’histoire de Loto-Québec. Réuni avec parents et amis au Centrexpo Cogeco de Drummondville, le groupe formé en Formule groupe dans une pharmacie Jean Coutu du boulevard Saint-Joseph se rencontrait en réalité pour la première fois, eux qui ignoraient jusque là avec qui ils venaient de partager ce coup de chance du destin.

Le lot, partagé en dix parts, a été réclamé par des gens seuls, des couples et même une famille de quatre personnes, qui s’étaient tous déplacés pour célébrer la nouvelle et rencontrer les médias. Un seul gagnant qui ne s’était pas manifesté encore a donné signe de vie à Loto-Québec jeudi midi. Toutefois, en raison des vérifications qui restaient à faire pour s’assurer qu’il était bel et bien détenteur du dernier billet gagnant, ce nouveau millionnaire n’a pu prendre part au point de presse organisé par la société d’État.

Mais si André Goupil semble se contenter que d’une paire de bas à la Justin Trudeau, la plupart des gagnants rencontrés jeudi entendent demeurer prudents et surtout garder les deux pieds sur terre avec ce montant d’argent qui vient d’arriver dans leur compte en banque. Des voyages, des cadeaux aux proches et du bon temps en famille semblent les projets les plus populaires pour ces nouveaux gagnants. Seule France Bergeron-Savoie semble déterminée à réaliser un projet très précis: s’acheter un gros tracteur.

Surprise

La réaction des gagnants a été unanime pour chacun d’eux, alors qu’ils venaient de faire valider leurs billets: la surprise. Christiane Picotin se rappelle être sortie du dépanneur où elle venait de faire valider son billet, et s’est effondrée en larmes sur le trottoir. «Si quelqu’un est passé par là à ce moment, il a dû penser qu’un grand malheur venait de m’arriver», raconte en riant la dame qui a tout de suite téléphoné à son fils à Québec pour lui apprendre la nouvelle. «Je n’étais pas capable de parler comme du monde, je pense qu’il a du croire que j’étais en train de mourir», ajoute-t-elle.

André Gauthier, pour sa part, a profité de cette nouvelle pour jouer un tour à ses enfants. Autoproclamé grand farceur, ce Drummondvillois a décidé de convoquer une réunion de famille, prétextant qu’il voulait parler de ses préarrangements funéraires. «Mes enfants ont dû penser que j’avais une nouvelle terrible à leur annoncer, que j’allais bientôt mourir. En arrivant, ils ont vite compris que ça n’avait rien à voir et que c’était une belle nouvelle finalement», ajoute celui qui a déjà distribué une grande partie de ses gains dans des placements qu’il réservera pour ses enfants.

Chantale Roy avait quant à elle prédit à son conjoint, Daniel Devin, qu’il deviendrait millionnaire avant ses quarante ans. «On dit toujours plein de niaiseries. Mais c’est arrivé pour vrai», constate cette mère de deux adolescents, qui note que son conjoint soufflera ses quarante bougies le mois prochain.

Les autres gagnants sont Angèle Cusson, Gilles Giguère, Daniel Robitaille et Louise Garneau de même que la famille formée de Céline Mailhot, Sylvain Cusson et leurs filles Vicky et Anick Cusson. Le dernier gagnant, Gilles Melançon, s’est manifesté trop tard pour assister au point de presse de jeudi, mais recevra aussi sa part de 6 millions $.

Stéphanie Benoît, propriétaire de la pharmacie Jean Coutu où a été acheté le billet gagnant en Formule groupe, a reçu sa part des mains de l’animateur Yves Corbeil.

Pharmacie

De son côté, la propriétaire de la pharmacie Jean Coutu, où le billet gagnant a été vendu, entend profiter du gain de 600 000 $ que réalise le détaillant pour redonner à la communauté de Drummondville. «Pour nous, c’est surtout le bonheur d’avoir créé le groupe de gagnants, et tout ça va générer des retombées importantes pour la communauté. De notre côté, on va continuer de s’impliquer comme on l’a toujours fait, notamment avec la Fondation de l’Hôpital Sainte-Croix et pour la cause de l’Alzheimer», explique Stéphanie Benoît. Dans le groupe de gagnants, elle explique que plusieurs n’étaient que des clients de passage qui venaient faire des courses et avaient choisi de prendre un billet de groupe à cette occasion, mais que certains étaient des clients réguliers et bien connus, et même que l’une des gagnantes avait fréquenté la même école secondaire qu’elle.

Accompagnés

Selon Renaud Dugas, responsable des communications pour Loto-Québec, tous les gagnants de lots importants tels que ceux remportés à Drummondville sont rencontrés par Loto-Québec afin de recevoir plusieurs conseils. Sans donner d’avis sur les dépenses à réaliser, Loto-Québec encourage les gagnants à laisser retomber la poussière avant de prendre des décisions, mais aussi de s’assurer d’être conseillés par des professionnels reconnus, comme des courtiers financiers membres de l’Autorité des marchés financiers, ou des notaires membres de la Chambre des notaires.

Les gagnants ont aussi accès à des simulations de situations auxquelles ils pourraient être confrontés, en lien avec les demandes qui pourraient venir de toutes parts. Finalement, un suivi téléphonique est fait avec eux au bout de deux mois, puis après six mois pour voir comment ils se portent.