Cindy Bresse est mère de cinq enfants dont ses jumelles de deux ans, Madison et Abigael. Jessie Gagné (à droite) est mère de six enfants dont ses jumelles d’un an, Evelie et Zoélie. Leur amie Katherine Cruz, qui est déjà mère d’un enfant, attend des jumeaux pour l’automne. À eux trois, elles sont aussi belles-mères trois fois.

Des jumeaux pour un trio de trentenaires [VIDÉO]

Elles sont amies depuis le début de leur secondaire. Elles ont traversé l’adolescence, puis la vingtaine sans jamais perdre contact. Bientôt, le trio de trentenaires partagera une autre aventure : elles seront toutes les trois mères de jumeaux. Un hasard qui réjouit Cindy Bresse et Jessie Gagné, qui sont déjà mères de jumelles identiques, et Katherine Cruz, qui accouchera en octobre de jumeaux, un garçon et une fille.

Pour Cindy et Jessie, qui étaient déjà respectivement mères de trois et quatre enfants, la venue de jumelles a été toute une surprise. « Mon chum était sur la liste d’attente pour se faire vasectomiser et moi, je prenais une pilule contraceptive pour femmes qui allaitent, car je venais d’accoucher de mon 3e enfant, raconte Cindy. Un jour, mon chum et ma mère m’ont dit que j’avais le caractère d’une fille enceinte! Je me suis dit que c’était impossible. Mais le test de grossesse l’a confirmé. J’ai donc accouché de trois enfants en 2016. Mon gars en janvier et mes jumelles en décembre. »

Jessie et son conjoint croyaient aussi que leur famille était complète lorsque les jumelles se sont invitées dans leur vie. « J’étais satisfaite avec ma famille de quatre enfants. Je me suis fait poser un stérilet qui m’a causé finalement bien des complications. Ma médecin en me l’enlevant m’a dit que mon utérus avait été endommagé et que je ne pourrais plus avoir de bébé. Deux mois plus tard, j’étais enceinte! » enchaine Jessie, avec ses jumelles d’un an dans les bras, précisant qu’il avait fallu trois ans, la fois précédente, avant de tomber enceinte.

De son côté, Katherine a eu son premier enfant il y a deux ans. « Mon conjoint était déjà père d’un fils autiste alors on attendait de voir comment le quotidien se déroulerait. On pensait vendre nos affaires de bébé. Finalement, j’ai appris que j’étais enceinte il y a quelques semaines », note-t-elle en souriant.

Surprises en paires

Déjà, la surprise d’être enceinte avait été immense, surtout pour Cindy et Jessie, mais la première échographie leur réservait une autre surprise!

« Quand le médecin nous a appris que je portais deux bébés, j’ai figé. J’ai regardé le plafond pendant un moment. Puis, je me suis tournée et j’ai vu que mon conjoint avait les yeux pleins d’eau. Il y a eu beaucoup d’émotion », souligne Cindy.

Même surprise, différente réaction pour Jessie. « Je pleurais et je tremblais, comme lorsque j’ai appris que j’étais enceinte. Je me demandais comment j’allais faire, car on entend souvent dire que c’est difficile des jumeaux. Finalement, tu peux avoir juste un enfant qui est bien difficile. Moi j’ai eu des jumelles qui sont faciles, elles ne pleurent presque jamais, c’est un charme! »

« Oui, on manque de bras parfois, mais si c’était à refaire, je referais sans hésiter, ajoute Jessie. On a fini nos familles en grand! »

Deux des familles ont dû déménager pour accueillir les nouveaux bébés, prévoyant être à l’étroit dans leur 4 1/2.

Être mère de jumelles ralentit aussi les déplacements. « À chaque fois que je sors de la maison avec elles, je me fais arrêter par des inconnus qui viennent me parler des jumelles. Les gens se divisent en deux camps : ceux qui auraient toujours voulu avoir des jumeaux et ceux qui disent qu’ils n’auraient jamais été capables! », note Cindy, qui était infirmière, mais qui est retournée au cégep l’an dernier pour devenir technicienne en bureautique.

« C’est vrai que tout le monde nous approche. L’épicerie peut prendre deux ou trois heures à faire plutôt qu’une », ajoute en riant Jessie, qui recommencera à travailler à temps plein à l’automne à titre de commis administrative et qui planifie l’ouverture d’une pâtisserie.

« C’est une question de perspective. Certains parents ont trois ou quatre enfants et ils capotent si les grands-parents ne vont pas les aider à coucher les enfants tous les soirs. Moi, mon conjoint travaille de soir alors je suis seule avec les six enfants tous les soirs. C’est une question d’adaptation », poursuit Jessie.

Deux fois plus de chance d’être vedettes

Fait cocasse, comme les deux couples de jumelles sont identiques, elles ont été choisies pour des rôles dans des publicités ou des téléséries.

Les jumelles de Jessie ont fait une pub de Gusti et les jumelles de Cindy ont joué dans des émissions d’Unité 9. « C’est pratique, car quand une des jumelles ne veut plus coopérer, on change pour l’autre », résume Jessie.

Les trois mères ne changeraient rien à leur scénario. « C’est tellement merveilleux de les voir agir entre elles. Parfois, elles font les mêmes choses en même temps. Il y a vraiment un lien entre elles même si elles sont vraiment différentes. Madison est réservée, indépendante. Abigael est un clown qui sourit tout le temps. »

« Elles ont le même ADN, mais sont déjà si différentes. Leur voix, leur manière de pleurer, de réagir », ajoute Jessie.

Les jumelles de Jessie dorment toujours une par-dessus l’autre. Les jumelles de Cindy se couchent chacune dans leur lit, mais elles se réveillent toujours dans le même.

« Elles ont un lien entre elles qu’on ne peut pas comprendre. Même si on a un frère ou une sœur. Une fois, une des jumelles a été hospitalisée. L’autre est tombée malade jusqu’à ce que je supplie le médecin de les réunir dans la même chambre et le lendemain, on pouvait retourner à la maison », raconte Cindy.

Katherine est optimiste en regardant ses amies de jeunesse parler de leurs jumelles. « Je suis certaine que ça va bien aller. Et je pourrais leur demander conseil au besoin. »

Les trois familles se côtoient, notamment lorsque c’est l’anniversaire d’un de leurs enfants. Elles se voient très souvent, peut-on conclure!