Douze représentants des milieux municipaux, institutionnels et économiques ont signé une déclaration commune dans laquelle ils s'engagent à maintenir, voire à bonifier, leur engagement avec La Voix de l'Est, notamment au niveau publicitaire.

Des chefs de file de la région appuient La Voix de l’Est [VIDÉO]

La communauté d’affaires de la région a réitéré son appui à La Voix de L’Est jeudi. Douze représentants des milieux municipaux, institutionnels et économiques ont signé une déclaration commune dans laquelle ils s’engagent à maintenir, voire à bonifier, leur engagement avec le journal, notamment au niveau publicitaire.

« Au Québec, aucune autre région de la taille de la nôtre n’a de journal quotidien. La Voix de l’Est est un atout distinctif et un partenaire essentiel du développement de notre région. Il est primordial d’en assurer la pérennité », a affirmé celui qui s’est fait le porte-parole du groupe, Mario Gariépy, à l’occasion d’un point de presse.

Également présents jeudi, des représentants des Villes de Granby, Bromont et Cowansville, représentant aussi les MRC de La Haute-Yamaska et de Brome-­Missisquoi, les directeurs du Cégep de Granby et de la commission scolaire du Val-des-Cerfs, le président du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, les directrices des chambres de commerce des deux régions ainsi que le directeur des Galeries de Granby ont signé cette déclaration.

Cette initiative s’inscrit dans la foulée de l’appel à la mobilisation lancée par M. Gariépy et un groupe de gens d’affaires il y a deux semaines. Un appel à tous avait été lancé afin que les témoignages de soutien se fassent nombreux et sentis, alors que La Voix de l’Est est l’un des six quotidiens régionaux de Groupe Capitales Médias, qui s’est placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité le mois dernier. À ce jour, près de 200 lettres d’appui ont été reçues, selon M. Gariépy. 

« Nous nous sommes rencontré aujourd’hui afin de réaffirmer notre appui et aller un pas plus loin en ce sens », a déclaré Mario Gariépy, associé retraité chez Deloitte et actuel conseiller stratégique au sein de l’entreprise Artopex. 


Mario Gariépy

Engagements

Concrètement, les différents signataires de la déclaration se sont ainsi engagés envers le journal à maintenir et même à rehausser leurs budgets publicitaires, « si sa mission essentielle de quotidien d’information régionale et de service de l’intérêt public est préservée dans notre région », est-il précisé. 

Le maire de Granby, Pascal Bonin, a affirmé que le conseil municipal s’est pour sa part engagé à verser 500 000 $ pour les cinq prochaines années. Dans les faits, cela représente le maintien du budget annuel déjà alloué à la publication des différents avis publics et autres publicités de la Ville, accompagné d’une hausse d’environ 20 000 $ par année. 

« Les villes doivent montrer l’exemple, a-t-il affirmé. J’invite les entreprises et les organisations à faire de même, à vérifier et bonifier vos chiffres de publicité et à vous engager publiquement à les maintenir. »

« On est petits [la région], mais on est comme les Gaulois, on n’est pas arrêtables. Et il ne faut pas que ça arrête. Le journal, c’est de l’information locale, mais c’est aussi notre culture et notre langue », a repris Pascal Bonin. 

La mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, également présidente du CLD Brome-Missisquoi et représentante de la préfet de la MRC, a aussi rappelé que « l’union fait la force » et invité les gens d’affaires de Brome-Missisquoi « à lever la main, à vous faire signe, à donner leur appui et leur support pour les prochains mois qui sont importants, et pour l’avenir ». 

« La Voix de l’Est a son pied-à-terre à Granby, mais elle a toujours été très présente pour nous dans Brome-Missisquoi », a-t-elle fait valoir.

Âme 

Témoignage d’appui également du directeur général du Cégep de Granby, Yvan O’Connor. Celui-ci a affirmé que l’établissement collégial entend notamment poursuivre son partenariat, alors que 80 copies du journal, en plus de la version numérique, sont quotidiennement mises à la disposition des enseignants et des élèves. « On rend l’information accessible, mais c’est aussi un outil pédagogique pour nos jeunes », a-t-il dit. 

Le directeur général de la commission scolaire du Val-des-Cerfs, Éric Racine, a abondé dans le même sens. « C’est avec la présence de médias locaux que nos élèves sont en mesure de se bâtir une pensée critique », estime-t-il. 

Avec un secteur de couverture qui s’étend dans une quarantaine de municipalités, La Voix de l’Est, à l’instar d’autres quotidiens, est en quelque sorte « l’âme » des villes, des régions, a avancé le président du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Jacques Fortier. « Sans la présence d’un quotidien comme La Voix de l’Est, la vitalité ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui », croit-il. 

La directrice générale de la chambre de commerce de la Haute-Yamaska, Claude Surprenant, a pour sa part souligné que le quotidien granbyen couvre les actualités du regroupement de gens d’affaires depuis 1935, soit depuis la fondation du journal. « Les médias sont le lien avec la communauté d’affaires. Et les médias ont leur place dans la région », a-t-elle relevé. 

Le directeur général du quotidien de la rue Dufferin, Christian Malo, s’est réjoui de ces appuis. « On travaille fort. Vous nous incitez à mettre tout en œuvre pour sauver le journal », a-t-il dit avec émotion. 

Mario Gariépy, qui agit autant à titre personnel qu’à titre de citoyen corporatif, a affirmé qu’un dossier des appuis sera transmis jusqu’au conseil des ministres. L’avenir des quotidiens de Groupe Capitales Médias devrait être scellé le 6 novembre, alors que le ou les repreneurs devraient être connus.