André Fortin a annoncé que l’initiative sera lancée le 12 mars prochain, pour une durée de 45 jours.

Des caméras dans treize autobus

Treize autobus scolaires répartis dans huit régions du Québec seront équipés de caméras vidéo, dès la mi-mars, dans le cadre d’un projet pilote visant à « documenter le nombre de dépassements et de croisements illégaux ».

Le député de Pontiac et ministre des Transports, André Fortin, a annoncé vendredi à Gatineau que cette initiative pilotée par l’entreprise Bus Patrouille sera lancée le 12 mars prochain, pour une durée de 45 jours. L’équipement permet de filmer les infractions, mais ne capte pas la vitesse des véhicules. 

« C’est essentiellement un projet pilote pour collecter des données sur les comportements des usagers de la route, et les informations [que Bus Patrouille va] nous faire parvenir vont permettre aux intervenants, que ce soit le ministère des Transports, que ce soit les différents corps policiers à travers le Québec, de bien comprendre les dépassements illégaux des autobus scolaires, a mentionné le ministre Fortin. On va chercher à connaître dans quelle mesure les conducteurs de véhicules commettent des infractions au Code de la sécurité routière, parce que oui, on a des données anecdotiques qui nous viennent des transporteurs scolaires et oui, on a des données qui nous viennent des corps policiers, mais c’est loin de représenter l’ensemble du problème partout au Québec. »

C’est Bus Patrouille qui assume les coûts du système, qui sont d’environ 10 000 $ US par autobus. Des recommandations seront faites au ministère une fois l’analyse des données complétées.

Le grand patron de Bus Patrouille, Jean Soulière, affirme que le phénomène des dépassements illégaux d’autobus scolaire est « épeurant ». « Le pilote qu’on a complété en Ontario en 2016 nous a donné une moyenne de presque un dépassement par autobus par jour, a-t-il indiqué. Il y a 18 000 autobus scolaires en Ontario, il y en a 10 000 au Québec. Pour montrer l’ampleur, au Québec, en 2014, il y a eu juste un petit peu plus que 2000 contraventions émises pour des dépassements d’autobus scolaires. À une contravention par autobus par jour, ça ferait 10 000 fois par jour. »

Au Québec, l’amende est de 200 $ (plus des frais et une contribution) pour les conducteurs qui ne s’arrêtent pas à l’approche d’un autobus ou d’un minibus scolaire dont les feux intermittents ou le signal d’arrêt obligatoire fonctionnent, ou encore s’ils croisent ou dépassent ce véhicule. À cela s’ajoutent neuf points d’inaptitude.

Sur la rive ontarienne, la Ville d’Ottawa a récemment procédé à l’installation de six caméras photo radar en permanence sur des autobus scolaires dans le but d’épingler les conducteurs effectuant des dépassements illégaux. Chaque système a coûté entre 16 000 et 18 000 $, ce qui représente une facture totale d’environ 100 000 $ pour la Ville d’Ottawa, la première en Ontario à mettre en place une telle initiative.

En Ontario, le constat d’infraction s’élève à 490 $ pour les conducteurs qui ne s’immobilisent pas lorsque requis à l’approche d’un autobus scolaire.

Les régions participantes :

  • Montréal : 3 autobus
  • Québec : 2 autobus
  • Laval : 2 autobus
  • Estrie : 2 autobus
  • Outaouais : 1 autobus
  • Laurentides : 1 autobus
  • Côte-Nord : 1 autobus
  • Montérégie : 1 autobus

TOTAL : 13 autobus