Des élus fédéraux, provinciaux et municipaux de la région ont lancé officiellement les travaux de conversion de la route 185 en autoroute 85. Dans l'ordre: Denis Tardif, Marie-Ève Proulx, Rémi Massé et Guy Caron.

Dernière phase de construction pour l'autoroute Claude-Béchard

SAINT-ANTONIN — La troisième et dernière phase de construction est débutée, visant à convertir la route 185 en autoroute 85, appelée l'autoroute Claude-Béchard. Des élus fédéraux, provinciaux et municipaux de la région ont lancé officiellement les travaux, mardi, sur le site de la structure d'étagement à Saint-Antonin, près de Rivière-du-Loup. Évalué à 942,9 millions$, il s'agit du plus gros chantier à l'extérieur de Montréal.

Dans la réalisation des travaux consistant à convertir la route 185 en autoroute à deux chaussées séparées, Québec assume une somme de 553,2 millions $, tandis qu'Ottawa s'engage à verser une contribution maximale de 389,7 millions $. La phase III, qui s'inscrit dans le Plan québécois des infrastructures, s'étend sur près de 40 km, soit de Saint-Antonin à Saint-Louis-du-Ha! Ha!, au Témiscouata. 

Le vaste chantier se décline en sept tronçons. Le premier, qui s'étire sur 8,3 km, est situé à Saint-Antonin. Les trois autres démarreront cet été et couvriront un peu plus de 13 km d'autoroute traversant les municipalités de Saint-Antonin, de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup et de Saint-Honoré-de-Témiscouata. Une mise en service progressive de cette dernière section de l'autoroute Claude-Béchard est prévue à compter de 2021. 

La fin des travaux est fixée en 2026. Dans le plus fort des travaux, le chantier compte quelque 125 travailleurs québécois. Comme partout ailleurs, la pénurie de main-d'oeuvre que connaissent le monde de la construction et d'autres secteurs d'activités au Québec ne semble pas avoir trop d'impact sur la réalisation de ce vaste chantier. «Les échéanciers sont respectés, a indiqué la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Marie-Ève Proulx. Le projet avance rondement. Mais, on ne peut pas cacher certaines inquiétudes.» Rappelons que la phase I a été construite entre 2002 et 2013, suivie de la phase II qui s'est réalisée entre 2013 et 2015. Les trois phases totaliseront 94 km de route.

Une maquette de l'autoroute Claude-Béchard

« Il doit y en avoir un qui doit nous regarder d'en haut et qui doit être fier, soit Claude Béchard, que j'appréciais énormément. Salut, Claude! »
Rémi Massé, député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia

La ministre Proulx, en son nom et celui de son collègue au Transport, François Bonnardel, a remercié les Malécites de Viger pour leur collaboration avec le ministère des Transports puisque le chantier est sur leur territoire. «C'est l'un des projets les plus coûteux de l'histoire du Québec en matière d'infrastructures routières, a-t-elle souligné. La conversion de la 185, qui est réputée pour être dangereuse, améliorera la sécurité des automobilistes. De plus, cette route sert au transit de 15 milliards $ de marchandises entre le Québec et les provinces maritimes.» 

Le député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, qui représentait le gouvernement fédéral, a rappelé l'importance de ce lien autoroutier interprovincial qui offre un accès continu entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. «Il doit y en avoir un qui doit nous regarder d'en haut et qui doit être fier, soit Claude Béchard, que j'appréciais énormément, a lancé Rémi Massé, qui n'a pas manqué de souligner qu'il était natif de Rivière-du-Loup. Salut, Claude!»

Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata a, pour sa part, tenu à exprimer sa joie pour la réalisation de ce mégaprojet qui a commencé bien avant qu'il ne soit élu à l'automne. «Bravo aux travailleurs», a tenu à dire Denis Tardif.