Un wagon du train léger sur rail (TLR) a déraillé vendredi matin à Ottawa.

Déraillement d'un wagon du train léger d'Ottawa

Un wagon du train léger sur rail (TLR) a déraillé vendredi matin à Ottawa.

L’incident s’est produit à proximité du garage Belfast. Un ensemble de dix roues d’une voiture a déraillé vers 5 h vendredi matin alors que des opérateurs effectuaient des tests. 

« C’est survenu dans la cour où les trains circulent à basse vitesse, confirme Troy Charter, directeur des opérations d’OC Transpo. Notre personnel, nos systèmes et nos ressources ont tous répondu selon les procédures. »

Ce dernier a qualifié l’incident de mineur, indiquant que personne n’a été blessé et qu’il n’y avait pas eu de dommages sur les rails ou sur le wagon.


« Ce sont des événements qui se produisent couramment sur n’importe quel chemin de fer à travers le monde. Ce n’est pas quelque chose d’inhabituel à cause de la nature du triage. »
Claude Jacob, directeur général du RTM

Le train a été remis sur les rails et les tests devaient reprendre à proximité du garage du chemin Belfast au courant de la journée. 

« Ce sont des événements qui se produisent couramment sur n’importe quel chemin de fer à travers le monde, explique Claude Jaob, directeur général du Rideau Transit Maintenance (RTM). Ce n’est pas quelque chose d’inhabituel à cause de la nature du triage. »

Un examen approfondi sera mené afin de déterminer les causes du déraillement.

Avant de remettre les clés de la Ligne de la Confédération à la municipalité, le consortium Groupe de transport Rideau doit notamment effectuer des tests pendant 12 jours consécutifs. L’incident survenu vendredi n’aura pas d’impact sur le calendrier, selon M. Jacob.

« Les tests de 12 jours ne sont pas encore commencés, confirme-t-il. Ça ne change en aucune façon le plan pour la suite des choses. » 

Une mise à jour sur l’avancement des travaux doit être présentée vendredi prochain lors de la réunion du Comité des finances et du développement économique.

MM. Charter et Jacob ont tenu à rassurer les citoyens vendredi en affirmant que l’objectif est d’avoir un système sécuritaire.

Rappelons que la date de mise en service de la phase 1 du TLR n’est toujours pas connue. 

L’échéancier initial prévoyait la livraison du projet, évalué à 2,1 milliards $, le 24 mai 2018. La mise en service a par la suite été repoussée au 2 novembre. Finalement, le consortium Groupe de transport Rideau a indiqué qu’il serait en mesure d’exécuter les travaux avant le 31 mars, mais un troisième retard a été enregistré. 

La Ville a indiqué dernièrement que la Ligne de la Confédération devrait être opérationnelle avant le 1er juillet, si les essais de mise en service sont concluants. Le consortium a jusqu’au 31 mai pour proposer un nouvel échéancier.

Au cours des dernières semaines, plusieurs mises à l’essai ont lieu le long du tracé de 12,5 km entre les stations Blair et Pré Tunney.