Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes compte environ 54 000 membres dans l’ensemble du Canada.

Début de l’arbitrage chez Postes Canada

C’est mercredi qu’a commencé la procédure d’arbitrage dans le dossier du conflit de travail à Postes Canada, qui avait fait l’objet d’une loi spéciale en novembre dernier.

La loi avait forcé le retour au travail des membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, le 27 novembre, à l’issue d’une grève tournante de cinq semaines qui avait tour à tour touché plusieurs villes dans l’ensemble du pays.

Après l’adoption de la loi spéciale, une médiatrice avait été nommée, dans une autre tentative pour rapprocher les parties. Mais elle n’avait pas réussi à amener Postes Canada et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes (STTP) à conclure une entente pour renouveler la convention collective.

Les parties passent donc à l’étape suivante. Le comité de négociation et le conseiller juridique du STTP, de même que les représentants de Postes Canada, se réunissent donc mercredi avec une arbitre d’expérience, Elizabeth MacPherson, qui a déjà dirigé le Conseil canadien des relations industrielles.

La première séance servira à déterminer les questions en litige que l’arbitre sera appelée à trancher. Ensuite, il faudra déterminer la procédure d’arbitrage.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes compte environ 54 000 membres dans l’ensemble du Canada.

Le STTP a fait savoir qu’il participera à l’arbitrage «sous toutes réserves» des contestations ou des décisions des tribunaux quant à la loi qui a forcé le retour au travail. Le syndicat a annoncé le 11 décembre qu’il contesterait la loi spéciale. Il estime que la loi spéciale enfreint le droit à la libre négociation collective, qui est garanti par la Charte canadienne des droits et libertés.