De plus en plus d'enfants ingèrent par erreur du cannabis, selon le CHEO

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Le nombre d’enfants ayant ingéré par erreur du cannabis comestible a explosé depuis sa légalisation, affirment des médecins spécialistes de l’Est ontarien.

Entre mai et juillet seulement, le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) a enregistré une augmentation de 85% du nombre d’enfants et de jeunes qui se sont rendus aux urgences pour cette raison, par rapport à la même période en 2019.

Le nombre de visites demeure «relativement faible», précise le CHEO. Mais ses responsables veulent éviter que le problème s’aggrave.

Le cannabis comestible est vendu sous forme de bonbons, de gâteau ou de biscuits. Ils sont attrayants pour de jeunes enfants, qui ne font pas la différence entre une vraie friandise et ce genre de produit.

«Certaines des compagnies qui vendent des produits de cannabis comestibles présentent leurs produits de façon presque identique à des produits bien connus rendant la différence presque impossible à déterminer par les enfants», a mentionné Dre Mélanie Béchard, urgentologue pédiatrique du CHEO.

Les produits de cannabis comestibles sont légaux au Canada depuis le 17 octobre 2019.

Les visites d’enfants de moins de 13 ans qui ont consommé du cannabis sous cette forme étaient presque nulles il y a un an, au CHEO. Elles représentent aujourd’hui près de 30% des cas de personnes intoxiquées par son ingestion.

«La solution est simple, dit la Dre Béchard. «Parler aux enfants des dangers de l’ingestion de produits de cannabis peut contribuer à réduire le nombre de visites d’enfants.»

Le CHEO demande aux parents et aux adultes de bien entreposer leur cannabis, de le mettre hors de la portée des enfants, de l’enfermer dans un contenant à l’épreuve des tout-petits, et si possible, dans un emballage qui ne piquera pas leur curiosité.