Crainte de rassemblements à Saint-Tite: «il ne faut pas se relâcher», prévient la mairesse

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
SAINT-TITE — Même s’il n’y aura pas de Festival western cette année, du moins, pas une édition physique, la mairesse de Saint-Tite craint que des habitués de l’événement viennent malgré tout prendre part à des rassemblements, dans les semaines qui viennent.

«J’ai vu sur les réseaux sociaux que des gens tâtaient le terrain, qu’ils voulaient peut-être faire un spectacle. Mais ça prend un permis et la Ville de Saint-Tite est claire: on n’émet pas de permis et on ne veut pas de rassemblements», rapporte Annie Pronovost.

«Il y a des gens qui passent normalement six mois au Québec et six mois aux États-Unis dans leur motorisé et ils venaient à Saint-Tite. Ils voulaient venir (cet automne), mais ça ne sera pas possible. On est à la veille d’une deuxième vague et le nombre de cas a déjà commencé à augmenter. Il ne faut pas se relâcher. Mais je pense que les gens comprennent, qu’ils vont être conciliants. En tout cas, je l’espère, si on ne veut pas être reconfinés», ajoute-t-elle.

La mairesse de Saint-Tite, Annie Pronovost, craint que des rassemblements aient lieu à Saint-Tite même si le Festival western n’a pas lieu cette année.

La première magistrate ajoute que la Ville a reçu plusieurs demandes de citoyens qui louent habituellement un espace sur leur terrain aux festivaliers, depuis environ un mois. Un message a d’ailleurs été affiché sur son site internet. «Pour ceux et celles qui avaient l’habitude de louer des espaces sur leurs terrains privés ou sur la devanture de leur résidence, nous tenons à vous informer qu’aucun permis d’usage temporaire ne sera délivré et que le règlement de zonage demeurera en vigueur. Les contrevenants s’exposent à une amende quotidienne de 300 $ pour une personne physique et 600 $ pour une personne morale. Les autorités de la Ville prennent cette mesure afin de respecter l’interdiction de la Santé publique de tenir ou autoriser des rassemblements publics de plus de 250 personnes, et ce, dans l’unique but d’atténuer le risque de contamination communautaire», peut-on y lire.

La première magistrate indique en outre que la Ville a demandé à la Sûreté du Québec (SQ) d’ouvrir l’oeil et d’intervenir si des rassemblements sont organisés en marge de l’édition virtuelle du Festival western. La SQ n’a pas précisé quelle forme cette surveillance accrue prendra.

L’organisation du Festival indique pour sa part ne pas avoir eu vent de rassemblements officiels prévus. «Mais tout comme la Ville, nous pouvons supposer que certains rassemblements auront lieu», indique par courriel Vanessa Denis, coordonnatrice aux communications. Le Festival invite les gens à vivre le festival en formule virtuelle et à respecter les mesures mises en place par la Ville et la Santé publique.

«La décision d’annuler le Festival visait à protéger la santé et la sécurité de nos gens et nous réitérons notre message en invitant la population à respecter les limites permises pour le bien de tous», ajoute Mme Denis.

Un message allant dans ce sens a d’ailleurs été publié jeudi midi sur la page Facebook officielle du Festival.

Rappelons que la 53e édition du Festival western, qui a été annulée, aurait eu lieu du 11 au 20 septembre.

Précautions dans un commerce

Le commerce Halte Santé Beauté St-Tite a par ailleurs indiqué sur Facebook qu’il prendra des précautions accrues dans les prochaines semaines, craignant les conséquences de rassemblements dans la ville.

«Chers clients, puisque la ville de St-Tite attend un grand nombre de visiteurs malgré l’annulation du Festival, nous prendrons les mesures nécessaires pour éviter d’être un vecteur de propagation de la Covid-19 pendant cette période. La boutique sera fermée aux visiteurs. Nous laisserons entrer que nos clients sur rendez-vous. Appelez-nous si vous désirez venir à la Halte pour vous procurer des articles ou prendre un rendez-vous. Étant un lieu de soins personnels avant tout et un milieu fréquenté par plusieurs personnes à risques, nous désirons éviter toute éclosion en nos murs. Nous sommes une région où la population est vieillissante, donc à grand risque, soyons vigilants et conscients des risques qu’il y a en ce moment», peut-on lire sur la page Facebook de l’entreprise.