Pierre-Louis Paquin a baissé sa garde l’instant d’un week-end et a contracté la COVID-19. ­
Pierre-Louis Paquin a baissé sa garde l’instant d’un week-end et a contracté la COVID-19. ­

COVID-19: un week-end au chalet lourd de conséquences

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Pierre-Louis Paquin a payé cher le week-end qu’il a passé avec des amis dans un chalet il y a quelques semaines. Se croyant à l’abri de la COVID-19, il a baissé sa garde en ne respectant pas les recommandations émises par la Santé publique. Résultat: il a contracté le fameux virus et a été sur le carreau pendant une dizaine de jours.

Complètement remis et déconfiné après avoir combattu et vaincu l’actuel ennemi public numéro 1, le Shawiniganais tenait à partager son histoire afin de rappeler que la guerre n’est pas encore gagnée et qu’il est encore nécessaire de respecter les règles de distanciation et sanitaires.

«Je crois qu’il y a plusieurs Québécois qui ont eu la même réaction que moi pendant les vacances. Au début, j’avais plein de bonnes intentions. On accueillait un couple d’amis [de Montréal] et ils dormaient sous la tente. Mais la fin de semaine progressait et on se croisait fréquemment, entre autres pour préparer les repas. À la fin du week-end, on a avoué que nous n’avions pas respecté les deux mètres de distance à plusieurs reprises», raconte-t-il.

Quelques jours plus tard, il a reçu l’appel téléphonique qu’il redoutait de la part de ses amis montréalais. Après avoir appris que ces derniers ressentaient des symptômes liés à la COVID-19, il a immédiatement passé un test de dépistage, qui s’est avéré positif. Les symptômes sont apparus dans les jours suivants et l’ont forcé à l’inactivité – et bien sûr à se confiner chez lui – pendant plusieurs jours.

«Les deux premiers jours, c’était comme une petite grippe normale. Mais par la suite, les symptômes sont allés en s’accélérant. Par exemple, il y a eu le symptôme classique de la perte d’odorat. Ce n’est pas comme perdre l’odorat complètement, mais c’était plutôt comme s’il y avait toujours une odeur d’iode qui masquait tout. Mes amis ont également eu ce symptôme, mais ça a duré beaucoup plus longtemps. Pour moi, c’était terminé après quatre jours», poursuit-il.

Le trentenaire n’était cependant pas au bout de ses peines. Après avoir souffert de nausées pendant plusieurs jours, son état s’est détérioré à un point tel qu’il n’était plus en mesure de garder de liquide dans son organisme.

«Je n’aime pas engorger le système de santé où aller à l’hôpital, mais l’infirmière de la ligne Info-Santé m’a conseillé de m’y rendre. Ils m’ont alors réhydraté et donné des médicaments pour contrôler les nausées. C’était le septième jour et c’est à ce moment que j’ai commencé à remonter la pente», se rappelle-t-il.

Deux nouveaux cas

Par ailleurs, seulement deux nouveaux cas d’infection à la COVID-19 ont été rapportés en Mauricie et au Centre-du-Québec au cours du dernier week-end, portant le total à 2131 depuis le début de la pandémie. De ce nombre, 15 cas sont encore actifs.