Benoît Poupart, président de MECART, et Patrice Genois, le vice-président et directeur général, ont présenté la dernière réalisation de leur entreprise, soit des chambres d'isolement modulaires qui seront installées à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont a Montreal.
Benoît Poupart, président de MECART, et Patrice Genois, le vice-président et directeur général, ont présenté la dernière réalisation de leur entreprise, soit des chambres d'isolement modulaires qui seront installées à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont a Montreal.

COVID-19: MECART au front

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Spécialisée dans la fabrication de panneaux en acier qu’elle assemble ensuite pour créer des bâtiments modulaires, des structures acoustiques ou tout autre environnement contrôlé, l’entreprise MECART a ajouté une nouvelle corde à son arc en développant, pour l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, des chambres d’isolement modulaires pour les patients atteints de la COVID-19. 

«On construisait déjà des bâtiments préassemblés et des laboratoires», a expliqué Patrice Genois, vice-président et directeur général chez MECART. «On avait donc les compétences pour répondre à la demande du CIUSSS de l’Est de Montréal qui désirait avoir des chambres d’isolement modulaires. On a pris nos équipes et on a créé un projet hybride à partir de nos deux expertises. Mais étant donné qu’à certains niveaux nous devions composer avec moins de paramètres que nous en avons lors de la fabrication de laboratoires ou de cabines, notre travail a été un peu plus facile. Le défi fut de réaliser le projet dans un délai excessivement court.»

Aussi appelées salles blanches, les chambres d’isolement modulaires de MECART sont utilisées pour les soins complexes qui demandent des traitements d’air particuliers. Une pression négative fait en sorte que l’air ne peut s’échapper de la chambre, ce qui empêche toute propagation d’un virus, par exemple, à l’extérieur de celle-ci. À l’inverse une pression positive empêche l’air de l’extérieur de la chambre d’y entrer comme quand il faut protéger un patient immunosupprimé.

«À l’origine, les chambres devaient être temporaires. Mais les gens du CIUSSS ont revu le projet et ils ont opté pour des chambres permanentes. Comme il sera possible de changer en tout temps la pression dans les chambres, celles-ci pourront être utilisées par le département d’oncologie pendant plusieurs années après la crise de la COVID.», a mentionné M. Genois.

En pleine crise

C’est au début du mois de mars que MECART a été approché afin de créer des chambres d’isolement modulaire pour le nouveau bâtiment en construction à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. Mais alors que l’entreprise de Saint-Augustin s’apprêtait à relever le défi, elle fut frappée de plein fouet par le confinement décrété par la Santé publique.

«On ne savait pas si nous pourrions continuer à opérer», a avoué Benoît Poupart, le président de MECART. «Très rapidement, nous avons eu la confirmation que nous étions un service essentiel. Nous avons donc mis en place les mesures nécessaires pour la sécurité de nos employés. Nous avons même engagé une infirmière à temps plein. 

«Il a aussi fallu embaucher du personnel afin de répondre à l’augmentation de notre production.»

Les équipes de MECART ont travaillé sans relâche afin de créer un premier prototype. Le délai de production des chambres était de quatre mois. Finalement, à cause des nombreux changements survenus en cours de route, le projet prendra sept mois pour être réalisé.

«Ce qui prend un certain temps dans le domaine du modulaire, c’est de convenir avec le client de  l’ensemble des détails. Mais quand on a reçu son approbation, le projet s’accélère», a lancé le président.

«Aujourd’hui, on sort une chambre par semaine. Et on est capable d’en commencer 10 en parallèle. On travaille en simultané. Nous avons deux usines. Une qui fabrique les panneaux modulaires et l’autre qui fait l’assemblage», a renchéri M. Genois.

Selon M. Poupart, la décision d’opter pour des chambres modulaires était «clairement avantageuse pour le CIUSSS». Leur fabrication en usine dans un environnement contrôlé en assure la qualité et celle-ci peut se faire parallèlement à la construction de la structure du nouveau bâtiment. Il y a gain de temps. Finalement, les chambres pourraient être déménagées si le besoin se présentait, et ce, sans que le site ne soit contaminé.

Au total, MECART livrera 36 chambres et cabines à Maisonneuve-Rosemont. Les premières ont pris la direction de Montréal au début du mois d’août.

«On s’était dit qu’avant de faire la promotion de notre produit à l’international, il fallait mettre toute notre capacité d’ingénierie et de production pour remplir notre engagement», a indiqué M. Poupart. «On voulait se dédier entièrement au succès du projet. C’est clair qu’il y a un potentiel pour notre produit dans les hôpitaux et même dans les centres de soins de longue durée pour les aînés, des salles qui seraient un peu moins complexes. Lorsque nous saisirons bien la demande pour notre produit au Québec, nous nous tournerons vers l’exportation. On fait déjà des installations de salles blanches en Chine, au Japon, en France et dans les Antilles. Nous avons donc l’expertise nécessaire.»