Coronavirus: les écoles revoient leurs voyages

Les écoles et les commissions scolaires sont en mode alerte pour la gestion de leurs voyages scolaires en raison du coronavirus.

Au Séminaire de Sherbrooke, des élèves de la troisième à la cinquième secondaire doivent partir le 18 mars à destination de l’Espagne et du Portugal. 

À LIRE AUSSI: Coronavirus: l’équipe norvégienne de ski de fond déclare forfait pour Québec

Jointe par La Tribune, la directrice générale du Séminaire de Sherbrooke, Caroline Champeau, avait eu quelques appels de parents.

« Ce n’est pas le Séminaire qui décide d’annuler », note la directrice générale, en soulignant que l’institution se gouverne en fonction des avis d’organisations comme l’Agence de la santé publique du Canada, la direction régionale de santé publique et le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, notamment. Pour le moment, les deux destinations européennes demeurent avec des niveaux de sécurité générale. Si l’institution annulait avec cette catégorisation, les parents ne seraient pas remboursés, explique-t-elle. 

Elle ajoute avoir eu des discussions avec Air Transat et le vol est maintenu. Le voyage coûte 3000 $ par élève. 

« En tout temps, le parent demeure le responsable de son enfant », note Mme Champeau, en rappelant qu’elle doit se fier aux différentes instances pour prendre une décision. Un courriel envoyé par le gouvernement du Québec rappelle que l’Agence de la santé publique du Canada a catégorisé le risque des voyages à l’étranger en fonction de quatre niveaux. L’Agence recommande aux citoyens d’éviter tout voyage non essentiel dans les pays ou les zones à risque élevé (niveau 3) et d’éviter tout voyage dans les pays présentant un niveau de risque extrême (niveau 4). Tant que les niveaux ne changeront pas, le voyage des élèves ne sera pas annulé. « Je comprends l’inquiétude des parents. Il faut qu’ils nous fassent confiance. »

La directrice générale du Séminaire de Sherbrooke, Caroline Champeau

« C’est la folie! »

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) n’a pas voulu nous accorder d’entrevue, mais elle précise qu’elle documente la situation et qu’elle procédera à l’analyse la semaine prochaine. À la Commission scolaire des Sommets (CSS), on précise qu’elle est à recenser les voyages prévus. 

Des joueurs de hockey des équipes M17 et M18 du Collège du Mont Sainte-Anne attendent de savoir s’ils partiront en Europe dans les prochaines semaines. Le M17, par exemple, devait se rendre en Europe de l’Est à la mi-avril.

Les joueurs du M17 doivent visiter la Pologne, la République tchèque, l’Autriche et la Hongrie, tandis que les joueurs du M18 doivent visiter la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et les Pays-Bas. 

Les pays ne sont pas, pour le moment, touchés par le coronavirus. 

« Pour le moment, le ministère des Affaires étrangères du Canada recommande la prudence. La situation évolue rapidement et nous sommes en alerte », nous a répondu par courriel le directeur du Mont Sainte-Anne, Olivier Audet.

M. Audet note que l’établissement évaluera la situation « de la même façon que pour le voyage prévu en Chine pour la relâche ». Ce voyage a dû être annulé par le CMSA en raison du coronavirus.

Le Mont Sainte-Anne a aussi fait savoir aux parents concernés par les voyages scolaires qu’ils suivraient les recommandations des différentes instances gouvernementales.

Aux yeux de Caroline Champeau, la situation rappelle la crise de la grippe H1N1 en 2009. La panique semble toutefois encore plus grande en raison de l’information qui circule sur les médias sociaux, note la directrice. « C’est la folie! » lance-t-elle.

Les établissements et les organisations scolaires ont envoyé aux parents, mardi, des recommandations générales sur certaines mesures à prendre.