La Fédération professionnelle des journalistes du Québec a tenu à souligner la carrière journalistique de l’ancien chroniqueur du Soleil Gilbert Lavoie.

Congrès de la FPJQ: Gilbert Lavoie raconte la fois où on lui a tiré dessus

À l’occasion d’une conférence abordant ses 50 années de pratique, l’ex-chroniqueur du Soleil Gilbert Lavoie est revenu sur les événements qui se sont produits dans la nuit du 7 au 8 septembre 1984 où il avait été victime d’une agression à son domicile de Gloucester, en banlieue d’Ottawa.

Nouvellement retraité, Gilbert Lavoie a raconté l'étonnante histoire durant une présentation qui soulignait sa longue carrière journalistique, à l'occasion du congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, tenue cette fin de semaine à Québec.

Ce fameux soir de septembre 1984, un homme qui désirait le rencontrer pour lui parler de La Presse, quotidien pour lequel il était à l’époque correspondant parlementaire à Ottawa, et de la campagne électorale à venir, a tiré sur le journaliste lui effleurant la jambe droite.

«La seule raison théorique pour laquelle quelqu’un m’aurait tiré dessus» serait liée au fait que Gilbert Lavoie et son collègue Gilles Paquin ont écrit une série d’articles, peu avant la campagne électorale fédérale, sur la création de loteries sportives par le gouvernement du Canada.

Des élus libéraux y ont vu une «mine d’or», puisque c’était très payant d’avoir une concession de Lotto-Québec, raconte-t-il.

Puis, «pendant la campagne électorale, on a nommé des gens chez les libéraux qui avaient obtenu une concession de loterie sportive», ce qui en a probablement frustré quelques-uns.

Le mystère plane toujours sur les réelles motivations du tireur, puisqu’aucun suspect n’a été arrêté dans cette affaire.

«C’est un peu frustrant, parce qu’on ne veut pas savoir, mais en même temps on veut savoir», avoue-t-il. «C’était visiblement une commande, parce que la personne qui a tiré sur moi avait une automobile – il y avait un chauffeur – qui lui a permis de partir très rapidement», poursuit M. Lavoie.

Quelques jours plus tard, la police a dévoilé un portrait-robot du tireur. «L’assaillant de Gilbert Lavoie est un homme de taille moyenne, âgé de 35 à 40 ans. Il a le teint foncé, pèse quelque 65 kilos et mesure 1 m 65 environ. Il portait au moment de l’agression un blouson brun pâle», pouvait-on lire dans un article de l’époque.

Originaire de Rimouski, Gilbert Lavoie a débuté sa carrière de journaliste à CKAC à Montréal en 1971. Il a occupé de nombreux postes à la rédaction et à la direction de La Presse entre 1975 et 1989.

Il a par la suite été secrétaire de presse pour le premier ministre Brian Mulroney jusqu’en 1992. Après ce saut dans la sphère politique, M. Lavoie est nommé rédacteur en chef du quotidien Le Droit à Ottawa, avant de débarquer au journal Le Soleil en 1994.

Gilbert Lavoie a également publié deux livres, Jean Pelletier. Entretiens et témoignages en 2009, et Blessures de guerre – Des camps nazis à l'Afghanistan, en 2010.