Cinq choses à savoir sur les naissances royales

LONDRES - Comme tout ce qui a trait à la famille royale britannique, la naissance du troisième enfant du prince William et de sa femme Kate donne lieu à un mélange de tradition et de modernité. Voici cinq choses à savoir sur les naissances royales:

LIRE AUSSI:  Un garçon de 3,8 kg pour Kate et William

DU PALAIS À L’HÔPITAL

Pendant des générations, il a été coutume pour les femmes de la famille royale - comme pour celles de la population en général - de donner naissance à la maison. La reine Élisabeth II est née dans la résidence londonienne de son grand-père. Elle a elle-même donné naissance à ses fils Charles, Andrew et Edward au palais de Buckingham. Sa seule fille, la princesse Anne, est née à Clarence House, une autre résidence royale.

La tradition a changé dans les années 1980, lorsque la princesse Diana a eu ses fils William et Harry dans une aile privée de l’hôpital St. Mary’s, à Londres. Les enfants de William et Kate - George, Charlotte et le poupon arrivé lundi - sont nés dans le même hôpital.

PRÉSENCE À LA NAISSANCE

Pendant des décennies, et pour des raisons qui ne sont toujours pas claires, la coutume voulait que des représentants gouvernementaux soient présents à la naissance d’un bébé royal. Certains croient que c’était pour s’assurer qu’aucun échange d’enfant ou autre machination ne se produise. Lorsque la reine est née en 1926, le secrétaire à l’Intérieur était présent, avec les médecins. La coutume a été éliminée avant la naissance du premier enfant de la reine, le prince Charles, en 1948.

Jusqu’à récemment, il n’était pas habituel de voir un père assister à la naissance. Le prince Charles était toutefois présent lorsque ses fils William et Harry sont nés, et William était aux côtés de sa femme pour la naissance de ses deux premiers enfants. Lundi, il a encore une fois accompagné Kate à l’hôpital pour voir naître son deuxième fils.

ANNONCE FORMELLE

Au moment où Kate a donné naissance, un messager a quitté l’hôpital pour se rendre en voiture au palais de Buckingham, transportant une feuille de papier signée par les médecins, indiquant le sexe de l’enfant, son poids et l’heure de la naissance. Le bulletin a été affiché sur un chevalet de bois dans la cour avant du palais pour que tous puissent le voir.

La famille royale s’est toutefois adaptée à l’époque: la nouvelle a également été annoncée dans un communiqué transmis par courriel, en plus d’être publiée sur le compte Twitter du palais.

MULTIPLES NOMS

La majorité des membres de la famille royale ont trois ou quatre prénoms, généralement une combinaison rendant hommage à d’anciens monarques ou membres de la famille. Le fils aîné de William et Kate se nomme George Alexander Louis et sa soeur, Charlotte Élisabeth Diana - honorant ainsi son arrière-grand-mère la reine Élisabeth et sa regrettée grand-mère, la princesse Diana.

Pour ce deuxième fils, les prénoms Arthur et Albert font partie des favoris des preneurs de paris.

Lorsque William est né, il a fallu attendre une semaine complète avant d’apprendre son nom, mais ceux de George et Charlotte ont été rendus publics dans les deux jours ayant suivi leur naissance.

Le titre du bébé sera Son Altesse Royale, le prince (Nom) de Cambridge.

SUCCESSION

Jusqu’à tout récemment, les règles de la succession favorisaient les héritiers de sexe masculin, de sorte que le petit frère de Charlotte serait passé devant elle pour l’accès au trône. Les règles ont toutefois été changées avant la naissance du prince George, afin de donner aux filles royales les mêmes droits que ceux des fils.

Cela signifie que la princesse Charlotte demeure quatrième en liste pour l’accès au trône et que le nouveau bébé est cinquième. Le frère cadet de William, le prince Harry, descend au sixième rang.