Catherine McKenna

Château Laurier: la ministre McKenna s’en mêle, la CCN réagit

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, s’est immiscée dans le chaud dossier du Château Laurier jeudi.

Elle souhaite que les propriétaires de l’hôtel historique soumettent un autre projet d’agrandissement même si le conseil municipal d’Ottawa vient d’en approuver la construction.

À LIRE AUSSI :

> L’agrandissement controversé du Château Laurier peut aller de l’avant

La députée d’Ottawa-Centre explique dans un communiqué qu’elle est d’accord avec l’écrasante majorité de ses commettants sur le fait que « tout ajout à cet édifice emblématique au cœur de notre capitale (doit être) compatible avec l’immeuble qu’ils aiment tant ».

Elle croit que la communauté et les propriétaires de l’immeuble érigé entre 1909 et 1912 devraient « faire preuve de bon sens » et « s’unir pour obtenir un résultat dont nous pouvons tous être fiers ».

Mme McKenna a même assuré les parties concernées qu’elle était « prête à participer à toute discussion pour obtenir un meilleur résultat ».

De son côté, la Commission de la capitale nationale (CCN), pointée du doigt pour ne pas avoir réagi dans les derniers mois, est également sortie de l’ombre dans une déclaration écrite.

« La CCN apprécie l’importance et la signification du Château Laurier, non seulement pour les résidents de la capitale nationale, mais pour tous les Canadiens, ceci en raison de son histoire, de sa notoriété et de sa proximité avec des sites publics populaires tels que le parc Major’s Hill et le canal Rideau. Bien qu’en vertu de la Loi sur la Capitale nationale, la CCN n’a pas d’autorité légale quant au design de l’agrandissement, nous nous engageons à faire en sorte que les éléments du projet relevant de l’autorité de la CCN soient exécutés conformément aux normes d’excellence les plus élevées », note-t-on.

Au nombre des éléments qui seront scrutés à la loupe, la CCN cite en exemple l’aménagement du paysage, l’accès public, l’intégration entre le Château Laurier et les terrains fédéraux avoisinants, ainsi que l’impact de la façade nord sur le parc Major’s Hill, notamment en ce qui concerne l’ombrage.