Les duchesses passent au couperet pour une deuxième fois.

Carnaval: adieu duchesses, bougie et défilé en basse ville

Les prochaines présentations du Carnaval de Québec se conjugueront avec une semaine de festivités en moins et sans le traditionnel concours de sculptures sur neige, sans défilé en basse ville, sans bougie et sans les fameuses duchesses, qui passent à la trappe pour la seconde fois.

L’ex-directeur général du Festival d’été de Québec devenu conseiller spécial du Carnaval, Daniel Gélinas, a présenté mercredi la vision de l’événement pour les prochaines années. On souhaite mettre l’accent sur les productions qui ont un potentiel commercial élevé et un calibre international, les défilés qui seront bonifiés et se dérouleront uniquement en haute ville et les activités partenaires qui prendront différentes formes, dont la coproduction.

«Les trois intouchables étaient Bonhomme Carnaval qui représente le branding de l’événement, le palais de Bonhomme qui est quelque chose qu’on ne voit pas ailleurs, et les défilés, qui sont la colonne vertébrale du Carnaval. À côté de ça, tout pouvait bouger», a expliqué M. Gélinas.

Éliminées en 1996 puis ramenées 18 ans plus tard en 2014, les duchesses disparaîtront de nouveau en 2019. «Nous avons analysé la question des duchesses de façon rationnelle. Les duchesses et les activités qui les entouraient amenaient un retour plus faible, suscitaient moins d’intérêt dans les sondages et moins d’achalandage», a expliqué Daniel Gélinas.

Le président du Carnaval, Alain April, a indiqué que cette question avait suscité beaucoup de discussions au conseil d’administration. «On est juste rendu à une autre étape», a-t-il résumé.

Les tournées régionales se poursuivront, mais avec Bonhomme Carnaval. Une autre tradition associée aux duchesses, la vente de la bougie, passe sous le couperet également, le Carnaval préférant concentrer ses efforts de vente sur l’effigie qui est aussi le laissez-passer officiel du Carnaval.

Quant aux sculptures sur neige, elles ne disparaîtront pas de l’environnement du Carnaval mais seront concentrées autour du palais de Bonhomme, qu’on veut élargir et rendre plus majestueux à l’image des constructions qu’on peut voir au Festival de sculpture sur glace et de neige de Harbin, en Chine. 

«Il y aura des sculptures sur neige, mais on n’en fera plus un concours», a expliqué M. Gélinas, confirmant que le festival de Harbin avait inspiré l’organisation. «Là-bas, des villages complets sont créés avec la neige et la glace.»

Défilés revampés

C’est pour des raisons techniques, notamment la présence de fils électriques et le relief en pente, que le défilé en basse ville est abandonné. Les deux défilés auront dorénavant lieu sur un trajet de 2,5 km sur Grande Allée à partir du Collège Mérici. «On va simplement ramener les gens en haute ville», indique Daniel Gélinas.

Et pour y arriver, le Carnaval misera sur l’apport de diverses boîtes de création, qui se verront chacune confier l’un des six tableaux d’envergure qui composeront le défilé dans une formule plus éclatée et aérienne complétée par les chars allégoriques et autres éléments des dernières années.

Le «site de la famille» disparaîtra aussi, même si le Carnaval conservera des activités familiales. «On n’abandonne pas les familles, mais ce site ne faisait pas partie de l’unicité du Carnaval. Tous les festivals hivernaux avaient un site comme celui-là», indique Daniel Gélinas.

Avec le défilé et le palais de Bonhomme, la course en canot sur glace fait aussi partie des «grands rendez-vous» que Daniel Gélinas souhaite placer à l’avant-scène. 

Un ou deux nouveaux rendez-vous s’ajouteront en fonction de la capacité financière de l’organisation. Musique et sports extrêmes pourraient faire partie des possibilités.

Quant à la durée des festivités, qui passera à 10 jours, Daniel Gélinas indique que la formule sur 17 jours était un peu longue. Il estime que l’intensité sera plus grande sur une période de deux fins de semaine et une semaine, soit la formule en force depuis plusieurs années au Festival d’été. 

Feu vert de Labeaume

Le maire de Québec a réagi favorablement aux changements annoncés. «Le plan de Daniel Gélinas, je l’aime. Ça prend un grand virage et ils prennent les décisions en fonction du virage qu’ils veulent donner au Carnaval», a commenté Régis Labeaume en lien avec le retrait des duchesses et l’abandon du défilé de nuit dans Charlesbourg.

Selon lui, M. Gélinas a l’expertise pour faire rayonner l’événement sur le plan international comme il l’a fait avec le Festival d’été alors qu’il était directeur général du rendez-vous musical. «Il a réussi avec le Festival d’été. J’ai vu sa proposition [pour le Carnaval]. Ça ressemble à ça.» Avec Jean-François Néron

Que pensez-vous de cette décision du Carnaval? Partagez votre réaction sur la page du Soleil, en cliquant sur le logo de Facebook, situé dans le coin supérieur droit de la fenêtre suivante: