Antonio Bramante est consultant pour le projet production de cannabis de MYM à Weedon.

Cannabis médicinal : MYM promet une «révolution économique»

Antonio Bramante, consultant dans le projet production de cannabis de MYM à Weedon, a rencontré les membres de la Chambre de commerce de Sherbrooke (CCS), jeudi, dans le cadre d’un déjeuner-conférence à l’hôtel Delta. Promettant une « révolution économique » liée à l’industrie du cannabis médicinal et du chanvre industriel, MYM souhaite que la communauté d’affaires de Sherbrooke saisisse les occasions d’affaires qui découleront de son projet à Weedon, qui représente un investissement de 200 M$ et qui créera plus de 400 emplois directs, selon les promoteurs.

« Dans le cannabis, il y a la plante mâle qui donne le chanvre industriel et la plante femelle qui donne le cannabis médicinal. Leur production constitue des occasions extraordinaires de développement économique plus vert, plus humain et plus en harmonie avec la communauté. Notre projet s’inscrit comme un puissant agent de remplacement de la production du pétrole et des opioïdes », a souligné M. Bramante, rappelant que le projet de MYM à Weedon inclut la construction de quinze serres de cannabis de 100 000 pi2 et d’un bâtiment multifonctionnel de plus de 100 000 pi2.

Lire aussi: Le projet de cannabis médicinal progresse à Weedon

Une serre de mari de 200 M$ à Weedon

MYM s’excuse auprès de Guy Lafleur

5,7 milliards $ dépensés en cannabis au Canada en 2017

M. Bramante a mentionné que le projet cheminait bien et que la demande de permis à Santé Canada était rendue à la phase 2. La construction de la phase 1 du projet débutera en mai ou juin cette année et la production devrait débuter dès novembre.

Dans le contexte où la pénurie de main-d’œuvre freine déjà la croissance de plusieurs entreprises établies sur le territoire estrien, l’annonce de la création de 400 emplois a suscité des interrogations au sein des membres de la CCS.

« Plus de la moitié des emplois sont des emplois journaliers qui ne demandent pas de scolarité spécialisée. Alors on cherche à réintégrer sur le marché du travail des gens qui n’y sont pas. Nous les formerons, nous-mêmes, au centre multifonctionnel », a répondu en entrevue M. Bramante, soulignant que MYM a reçu quelque 300 curriculum vitæ lors d’une journée d’information organisée cet été à Weedon.


« Nous avons un projet d’un mega site de production à Weedon. »
Antonio Bramante

Musée du cannabis

Le centre multifonctionnel servira également de musée du cannabis. « L’histoire de cette plante sera racontée. On expliquera, par exemple, comment le chanvre a été remplacé par le nylon dans les années 1920 », note M. Bramante, précisant que MYM espère attirer de nombreux touristes grâce à cette initiative.

MYM refuse de considérer le projet de cannabis à Weedon comme un concurrent à celui développé par CannaSher, membre du consortium de la Vallée Verte, dont il était question dans l’édition de mercredi de La Tribune.

« Oui techniquement nous sommes concurrents, comme deux puits de pétrole appartenant à des compagnies différentes le sont. Mais MYM est présente en Australie, en Allemagne, au Canada et bientôt en Amérique du Sud. Nous fabriquons et vendons des produits transformés à des Canadiens et nous avons un projet d’un mega site de production à Weedon. Si nous sommes concurrents? Nous ne voyons pas les choses ainsi. Nous voyons plutôt l’opportunité pour notre région de devenir un leader au Canada et dans le monde en matière de cannabis médical », résume Daniel Nadeau, de Nadeau Bellavance, qui s’occupe des communications pour le projet de MYM à Weedon.

M. Nadeau a aussi souligné que le projet à Weedon était plus de dix fois plus important que celui de Sherbrooke, qui représente un investissement de 27 M$.

Dans son intervention, M. Bramante a insisté sur le fait que le projet de construction de serres de cannabis de MYM est destiné à l’usage médical et non pas récréatif. « La variété de cannabis que nous entendons cultiver à Weedon est celle qui produit du CDB et non pas du THC et cela servira à produire des médicaments qui viendront faire concurrence aux opioïdes. »

M. Bramante a aussi informé les gens présents des efforts faits par MYM auprès des gouvernements pour les convaincre « que les produits soient distribués dans les pharmacies plutôt qu’avec le cannabis récréatif ». 
Lorsque la phase 3 sera complétée en 2020, MYM espère générer 750 M$ de revenus annuels.

Toujours en 2020, le marché du cannabis est estimé à plus de 2 G$ au Canada et de plus de 15 G$ aux États-Unis.

« Le cannabis médicinal sert à traiter plusieurs maladies comme le cancer, l’épilepsie, autres maladies neurologiques. Le chanvre industriel peut être utilisé quant à lui dans la fabrication de vêtements, voitures, maison et bien d’autres produits », souligne M. Bramante.