Le PDG de Boréas, Simon Chaput, mise notamment sur le marché des mobiles pour l’intégration d’interfaces par le toucher.

Boréas s’associe au géant TDK

Les bonnes nouvelles se succèdent pour Boréas. Après avoir lancé un circuit intégré hyper performant en octobre dernier et s’être démarquée ensuite à la grand-messe de l’électronique à Las Vegas, voilà que la jeune entreprise de Bromont vient de signer une entente de partenariat avec la multinationale TDK.

Les portes de nouveaux marchés sur tous les continents s’ouvrent toutes grandes pour la compagnie fondée en 2016, établie dans le Centre de recherche en microélectronique de Bromont (C2MI). « TDK a un réseau de vente et de distribution établi à l’échelle mondiale. Pour nous, c’est l’opportunité d’accélérer la croissance de Boréas. C’est aussi la preuve que notre technologie est fiable et qu’elle amène une valeur ajoutée », a indiqué en entrevue le président-­directeur général de l’entreprise, Simon Chaput.

En fait, Boréas a récemment mis en marché son produit phare, le BOS 1901, un circuit intégré breveté aux performances inégalées. Ce module de contrôle d’actionneurs électroniques spécialisés (piézoélectriques pour les initiés) est six fois plus rapide que la concurrence tout en consommant dix fois moins d’énergie.

Cette innovation trouve de nombreuses ramifications dans la sphère des fonctionnalités haptiques (interface par le toucher). Les débouchés dans ce créneau vont des montres aux cellulaires connectés, en passant par les équipements de réalité virtuelle et augmentée, les jeux vidéo, puis les industries automobile et médicale.

Les premiers échanges entre Boréas et TDK ont pris naissance en décembre 2017. « On a bâti une relation solide qui nous permet de développer nos produits plus vite, d’un côté comme de l’autre. » Par ailleurs, l’entente entre les deux parties prévoit un partage des ressources en recherche et développement puis en marketing. Boréas demeure maître de l’ensemble de sa propriété intellectuelle. 

Repousser les limites

Dans le monde des téléphones cellulaires, le domaine de prédilection des deux partenaires, l’intégration du BOS1901 permet, entre autres, de retirer tous les boutons externes (volume, mise hors tension). Ceux-ci sont alors remplacés par des applications haptiques donnant la sensation de relief sur l’écran tactile via un mode de vibration pour les localiser, accroissant ainsi la fiabilité des appareils. C’est d’ailleurs ce type d’interface que Boréas a présenté en janvier à l’incontournable salon annuel Consumer Electronics Show dans la capitale américaine du jeu. 

Au cours des prochains mois, Boréas et TDK développeront des « démonstrateurs d’effets haptiques » et des « contrôleurs haute définition » afin de les commercialiser à travers le globe. « Notre partenariat avec Boréas Technologies constitue un pas de plus pour élargir notre marché aux clients qui recherchent des solutions haptiques supérieures », a indiqué par voie de communiqué le directeur du groupe des dispositifs piézoélectriques et de protection chez TDK, Dr Georg Kuegerl.

De son côté, Boréas travaille déjà sur un nouveau module de contrôle électronique à faible consommation, qui devrait être mis en marché cette année via une gamme de produits de TDK. Cette innovation sera destinée « majoritairement au marché de l’automobile », a fait valoir Simon Chaput. « Notre but est de repousser toutes les limites des applications haptiques, a ajouté le PDG. On a vraiment le partenaire pour y arriver. »