La ministre et députée d’Ottawa-Orélans, Marie-France Lalonde (au centre à l’arrière), était avec la première ministre Kathleen Wynne et ses collaborateurs à la suite de l’adoption du projet de loi 177 qui comprend la création de l’Université de l’Ontario français et le statut bilingue de la Ville d’Ottawa.

Bilinguisme officiel d'Ottawa: le projet de loi 177 adopté

Le projet de loi omnibus 177, qui comprend entre autres l’officialisation du statut bilingue d’Ottawa et la mise sur pied de l’Université de l’Ontario français, a été adopté à Queen’s Park sur le coup de midi, vendredi.

Les progressistes-conservateurs et les néo-démocrates ont voté contre ce projet mammouth, qui comprend plusieurs initiatives budgétaires. Celui-ci a finalement passé le test à l’issue d’un vote de 48-37 en ce dernier jour de session parlementaire à Toronto. 

La loi comprend également la gestion « par et pour » les francophones du Centre Jules-Léger, à Ottawa. 

Cette institution gérée par le ministère de l’Éducation offrant des programmes et services en français à des élèves de 21 ans et moins aveugles, sourds, malentendants ou ayant de sévères troubles d’apprentissage sera désormais sous la gouverne des 12 conseils scolaires francophones de la province. 

« Honorée de célébrer le temps d’une photo la belle collaboration autour du projet Ottawa ville bilingue. Bravo! @Kathleen_Wynne», a gazouillé la ministre des Affaires francophones Marie-France Lalonde, publiant une photo où on l’aperçoit avec la première ministre Kathleen Wynne, des représentants d’organismes francophones et la députée d’Ottawa-Vanier Nathalie Des Rosiers, qui avait présenté en mai dernier un projet de loi privé sur la question.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) n’a pas tardé à réagir, soulignant que l’année 2017 s’achevait sur une bonne note pour la francophonie ontarienne. 

« Les francophones prennent de plus en plus leur place dans la province. Aujourd’hui, les Franco-Ontariens peuvent être fiers de leur ténacité et de leur mobilisation dans ces trois projets. L’AFO remercie le gouvernement de l’Ontario pour son engagement envers la francophonie ontarienne en faisant aboutir ces trois projets », de dire le président Carol Jolin.

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) a de son côté salué « tous les acteurs et les actrices qui ont joué un rôle dans la réalisation de ces rêves », ajoutant qu’on célébrait aujourd’hui les acquis, mais qu’il fallait demeurer malgré tout vigilant et garder un regard critique. 

Le mouvement #OttawaBilingue fera une mise à jour finale dans le dossier du bilinguisme officiel de la Ville vendredi, en présence entre autres de la ministre Lalonde, de la députée Des Rosiers et du conseiller municipal Mathieu Fleury.

L’AJEFO se réjouit

L’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) voit d’un œil très positif le plus récent rapport du Comité permanent des langues officielles, qui recommande entre autres l’adoption d’un projet de loi qui garantirait la nomination de juges bilingues à la Cour suprême. Par voie de communiqué, l’organisme a dit « se réjouir que le Comité demande au ministère de la Justice du Canada de s’assurer que les communautés de langue officielle en situation minoritaire aient la capacité d’intervenir en matière d’accès à la justice dans les deux langues officielles, tant sur le plan de la revendication que celui de l’information et de la formation juridique. » L’AJEFO applaudit le Comité non seulement pour avoir mis de l’avant la nécessité pour le fédéral de garantir la nomination de juges bilingues à la Cour suprême, mais également d’avoir recommandé que les postes désignés bilingues dans les autres cours de juridiction fédérale permettent aux justiciables d’être compris et lus dans la langue officielle de leur choix. L’AJEFO prône une hausse du financement dans le domaine de la justice dans le Plan d’action sur les langues officielles 2018-2023 pour permettre à ses partenaires et elle de continuer à bâtir et bonifier ses projets tels que CliquezJustice.ca et le Centre d’information juridique d’Ottawa.