Dans le cadre du projet nommé «Oursin», les policiers ont arrêté 32 personnes dans plus d’une trentaine de municipalités du Québec, notamment dans la Capitale (photo), de même qu’au Nouveau-Brunswick.

Autre frappe contre les Hells Angels à Québec [PHOTOS+VIDÉO]

Les forces de l’ordre ont encore frappé contre les Hells Angels à Québec et dans l’est de la province, jeudi.

Tôt en matinée, des enquêteurs de l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) ont procédé à une série d’arrestations en lien avec le trafic de stupéfiants. 

Dans le cadre du projet nommé Oursin, les policiers ont arrêté 32 personnes dans plus d’une trentaine de municipalités du Québec, de même qu’au Nouveau-Brunswick. 

«Les arrestations de ce [jeudi] matin portent un grand coup, puisqu’elles viennent à toutes fins pratiques éliminer la structure contrôlant le territoire et la distribution dans ces régions», a indiqué le directeur des communications de la Sûreté du Québec (SQ), Guy Lapointe, en conférence de presse. 

Frères arrêtés

Parmi les personnes arrêtées, il y a notamment Éric Blanchette, un aspirant membre des Hells Angels du chapitre Nouveau-Brunswick, ainsi que son frère Yanick. Ils agissaient à titre de dirigeants de territoire pour le compte du club de motards.

L’ENRCO recherche encore quatre individus liés à ce réseau de trafiquants. 

L’enquête Oursin visait une organisation criminelle surnommée le Réseau de l’Est, qui contrôlerait la distribution de stupéfiants au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

En conférence de presse, Guy Lapointe a expliqué comment fonctionne le trafic de stupéfiants ciblé dans l’est du Québec. 

«La mécanique est simple, a-t-il dit. Les Hells Angels contrôlent le territoire et permettent à des réseaux d’y faire de la vente de stupéfiants, moyennant le paiement d’une quote pour utilisation du territoire ou encore en imposant une taxe sur la quantité de drogue vendue.»

Pour quatre mois de trafic de drogue, le chiffre d’affaires du Réseau de l’Est atteignait 2,4 millions $, estime la SQ. Sur ce montant, les Hells Angels soutiraient environ 250 000 $ de quote. 

Monopole

En contrôlant l’approvisionnement de drogue, les Hells Angels s’assurent du monopole, a expliqué M. Lapointe. «Ils sont en mesure de conserver celui-ci en entretenant un régime de peur, en ayant recours à la violence, et en s’affichant avec leurs couleurs». Ils sont aussi secondés par plusieurs clubs de motards qui les soutiennent.

En cours d’enquête, les enquêteurs ont mené 48 perquisitions dans des résidences et des commerces. lls ont saisi 6 kilos de cocaïne, plus de 232 000 comprimés de méthamphétamine, plus de 640 000 $, 23 armes à feu longues et de pointe, 3 véhicules et 8 vestes aux couleurs des Hells Angels.

L’ENRCO, qui a la mission de s’attaquer spécifiquement aux têtes dirigeantes du crime organisé, dont les membres en règle des Hells Angels, avait déjà mené deux autres frappes en janvier. 

L’escouade est composée de policiers de la Sûreté du Québec, de la GRC, du Service de police de la Ville de Montréal ainsi que des services de police de Québec, Laval, Longueuil et Lévis.

+

L'ENRCO a frappé à Québec jeudi matin.
Des vestes saisies par l'ENRCO
Un autre suspect arrêté jeudi
Veste saisie jeudi
Une affiche de l'ENRCO au quartier général de la SQ à Québec