Les policiers avaient aménagé un périmètre de sécurité autour du 233, route 112, où s’est déroulé l’attaque des chiens mardi dernier.

Attaque à Saint-Césaire: les chiens seront euthanasiés

Les deux molosses ayant violemment attaqué une dame qui visitait une brocante sur la route 112 à Saint-Césaire seront euthanasiés.

Les chiens, un mâle de race croisée et une femelle boxer croisé, n’en ont plus que pour quelques jours, deux semaines tout au plus, confirme à La Voix de l’Est Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons, qui a la garde des animaux depuis leur capture mercredi. 

« J’attends des nouvelles du propriétaire pour prendre une entente avec lui », a-t-il expliqué. 

La date de la procédure n’est pas encore connue, notamment en raison du congé férié et de la disponibilité du vétérinaire qui procédera à l’euthanasie. Sous observation, les chiens sont calmes, a fait savoir M. Girard.

Le maire de Saint-Césaire, Guy Benjamin, a indiqué que si le propriétaire ne prenait pas ses responsabilités, la municipalité ferait euthanasier les bêtes à sa place. « La balle est dans son camp », a-t-il affirmé.

Mario Fortier n’avait pas obtenu de licence pour ses chiens comme le prévoit le règlement municipal. Saint-Césaire analyse présentement le dossier et
M. Benjamin ne pouvait pas confirmer si le Césairois recevrait des constats d’infraction. « On va se pencher là-dessus au cours des prochains jours », a-t-il dit.

Le directeur de la SPA des Cantons, Carl Girard

Rappelons qu’un passant a contacté les secours en début d’après-midi, mercredi, après avoir aperçu la victime gisant au sol, gravement blessée.

On en sait encore très peu sur celle-ci, si ce n’est qu’il s’agit d’une femme de 60 ans demeurant à Rougemont. 

À LIRE AUSSI: Attaquée par des chiens à Saint-Césaire: la dame hors de danger

Les policiers avaient aménagé un périmètre de sécurité autour du 233, route 112, un endroit bien connu dans la région comme brocante.

Jeudi, la Sûreté du Québec a indiqué que la femme, hospitalisée à Montréal en raison de la gravité de ses blessures, était hors de danger. Une autre source a confié à La Voix de l’Est qu’elle conserverait des séquelles permanentes de cette attaque.

Plusieurs voisins et passants dans le secteur ont indiqué avoir été déjà pourchassés ou assaillis par ces deux chiens dans le passé.