Le maire de Québec, Régis Labeaume, ne se privera pas de plaider l’exception pour conserver les artéfacts de Parcs Canada dans la capitale québécoise maintenant que Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, a la sienne.

Artéfacts de Parcs Canada: Labeaume plaidera l’exception

Le maire de Québec, Régis Labeaume, ne se privera pas de plaider l’exception pour conserver les artéfacts de Parcs Canada dans la capitale québécoise maintenant que Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, a la sienne.

«J’ai lu ce matin [dans Le Soleil] que Dartmouth a eu son exception. Alors je me sens "exception" moi aussi. Si Dartmouth a eu son exception, on va demander la même affaire. Je pense que les gens d’Ottawa, ça les dérange pas que ce soit à [Gatineau], les gens de Winnipeg aussi si j’ai bien compris. Mais le pays est né ici à Québec. Ça boucle différemment le dossier», a fait valoir le maire lors d’une mêlée de presse.

M. Labeaume a souligné qu’environ la moitié des artéfacts entreposés à Québec proviennent du territoire de la ville de Québec tandis que l’autre moitié provient d’ailleurs au Québec. «Est-ce qu’on fait la différence entre les deux, c’est possible. Au minimum, ce qui vient de la ville de Québec, on y tient», a mentionné l’élu. Il ne s’agit pas nécessairement d’une position de négociation : «On va garder ça en tête en se demandant ce qu’on peut faire». 

Les discussions s’accélèrent en vue de conserver à Québec les milliers de caisses d’artéfacts de Parcs Canada qui prennent la poussière dans des entrepôts temporaires de l’avenue de Newton et de Beauport. Le plan du gouvernement fédéral est de les déménager en 2020 dans le futur centre national de conservation, à Gatineau, où seront centralisés les artéfacts de Parcs Canada. 

Les collections d’Ottawa, Winnipeg et Cornwall aboutiront dans ces installations. Mais celle de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, fera finalement l’objet d’une exception parce que le laboratoire archéologique local est «conforme aux normes de conservation et de sécurité» visées par Parcs Canada. 

Le maire de Québec devait s’entretenir avec la ministre Catherine McKenna, responsable de Parcs Canada, vendredi. Le sujet des artéfacts sera également à l’ordre du jour d’une rencontre entre Régis Labeaume et la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, en fin de semaine.

Le projet de Québec consiste à transformer le pavillon Camille-Roy du Séminaire de Québec en mégacentre archéologique avec laboratoires et espaces d’exposition à la fine pointe de la technologie. Les artéfacts du gouvernement du Québec ainsi que ceux de la Ville de Québec et de l’Université Laval y sont promis. Ne manque que les trésors du fédéral. 

Le député de Québec et ministre canadien Jean-Yves-Duclos s’est montré confiant, vendredi, d’en arriver à une entente : «Les astres sont bien alignés, maintenant il faut faire le travail correctement».