Alerte Amber en Ontario: le père sera accusé de meurtre au premier degré

TORONTO — L'alerte Amber a été lancée en pleine nuit, déclenchée par l'appel d'une mère inquiète implorant les policiers de retrouver sa fille qui n'était toujours pas rentrée plusieurs heures après avoir célébré son 11e anniversaire avec son père.

De nombreuses personnes réveillées par le système En alerte, qui se déclenche sur la plupart des appareils mobiles, ont espéré que la petite Riya Rajkumar, soit retrouvée rapidement et en vie.

Ces espoirs se sont envolés, vendredi, quand les policiers ont découvert le corps de l'enfant dans la résidence de son père. Roopesh Rajkumar, 41 ans, sera formellement accusé de meurtre au premier degré.

«C'est une histoire qui brise le coeur», a confié l'agent Danny Marttini de la police régionale de Peel, en Ontario.

La jeune Riya venait tout juste de fêter à la fois la St-Valentin et son anniversaire avec sa maman avant d'aller rejoindre son père à Mississauga, jeudi après-midi.

Quand le père n'a pas ramené la fillette à l'heure prévue, la mère s'est rapidement inquiétée selon ce que rapporte l'agent Marttini.

Son angoisse s'est rapidement transformée en quelque chose de bien plus grave quand son ex-conjoint l'aurait informé qu'il avait l'intention de faire du mal à l'enfant ainsi qu'à lui-même, a révélé le policier.

«Elle est arrivée paniquée en disant «c'est ce qu'il me dit, j'ai peur pour la sécurité de ma fille, j'ai besoin de votre aide».

Les policiers auraient rapidement pris l'affaire en main, mais toujours selon l'agent Marttini, les enquêteurs n'avaient pas de motifs pour entrer de force dans la maison de M. Rajkumar où la dépouille de l'enfant a été retrouvée environ cinq heures après le signalement de sa disparition.

«Il nous faut des circonstances exceptionnelles pour entrer de force dans une résidence, a expliqué le policier Danny Marttini. On peut frapper à la porte, mais si personne ne répond, on ne peut pas faire plus. À mesure que l'enquête a progressé, on a obtenu une information qui nous permettait de croire que l'enfant se trouvait dans la maison. Dès qu'on a reçu cette information, on est entré.»

Arrêté grâce à l'alerte

Peu avant d'entrer dans la demeure, les policiers ont déclenché l'alerte Amber au sujet de la disparition de Riya. L'alerte a résonné sur tous les appareils mobiles de l'Ontario tout juste après 23h30.

L'alerte aurait mené directement à l'arrestation de M. Rajkumar, affirment les policiers.

La sergente de la Police provinciale de l'Ontario, Carolle Dionne, mentionne que des gens qui circulaient sur l'autoroute 11, à la hauteur d'Oro-Medonte, peu avant minuit, auraient aperçu le véhicule du père tel que décrit dans le message d'urgence.

«Ils ont aperçu le véhicule et nous ont transmis sa position, a expliqué Mme Dionne. Heureusement, nous avons pu appréhender l'individu.»

À la suite de l'arrestation de M. Rajkumar, les policiers auraient été mis au fait d'un problème de santé qui nécessitait un traitement immédiat dans un centre de traumatologie. L'homme demeurait toujours détenu à l'hôpital, vendredi soir.

Les policiers n'ont pas précisé la cause du décès de l'enfant ni l'état de santé du père accusé de meurtre.

De nombreuses personnes se sont rendues sur les lieux de la résidence de M. Rajkumar pour déposer des fleurs et des prières en mémoire de la fillette.