Albert Abraham Krespine a délibérément quitté le Canada.
 Albert Abraham Krespine a délibérément quitté le Canada.

Albert Abraham Krespine: une enquête préliminaire malgré sa fuite du pays

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Même si Albert Abraham Krespine a délibérément quitté le Canada, espérant se soustraire à ses responsabilités, le processus judiciaire le concernant pour vente et production illégales de cannabis se poursuivra normalement.

La juge Dominique Slater a en effet donné raison à la Couronne à l’effet que le suspect s’est esquivé délibérément et a fui le pays après la révocation de sa liberté. Elle a conclu que l’enquête préliminaire de Krespine avait bel et bien commencé le 12 décembre 2019 via le dépôt d’un formulaire par la Couronne, et ce, bien qu’aucun témoin n’ait été entendu, et du même coup, qu’elle devait se poursuivre en son absence.

Krespine, qui se trouverait présentement en Israël, est bien au fait de la situation. Le tribunal retient qu’en aucun temps, il n’a manifesté de volonté de revenir au Cananda et de se présenter devant la Cour, ce qui justifier sa décision.

Le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté, l’a en effet informé des procédures judiciaires à venir contre lui et de sa requête visant à tenir une enquête préliminaire en son absence. En retour, Krespine lui a fait parvenir plusieurs courriels d’insultes qui en disent long sur ses intentions. En voici un exemple intégral: «Bonjour ma grande tapette, jespere que tout va bien, moi men va a la page entrainer du Monde et qd Jai fini, je vais continuer mon petit project. Qd jaurais fini, je vais continuais a rependre Les reglements sur le Cannabis Medical et d’ici quelques mois, il y aura une cinquantaine de shops comme Les miens et Mon travail sera fais. Massurer que Les corrompus comme toi comprennes que vous controller rien du tout. T un grain de sable entre mes orteils a la sortie de la plage petit con.»

Il a aussi écrit: «Hahahahahaha Tu reves en couleur Mon Ami, il y a aura aucun Asti trou de cul. On a va aller au preliminaries et en proces Mon cave. Tu nous a pris pour des couilles molles en Asti Mon comique. T un mangeux de marde pis la verite va sortir Mon sal. On se verra au proces sal pd.»

Il mentionnera également: «Ton dossier vaut même pas la marde que tu raconte en cours. (Émoticône d’un bonhomme sourire) Va expliquer à un jury que je suis fraudeur de quelques milliers sachant que j’ai linformation complète de plus de 3500 patients mais aucun n’ont été frauder et que j’ai l’information complète de tout nos cultivateurs y compris le lieu de cultivation et aucun d’eux n’ont jamais été voler (autre émoticône) Tu sais combien ça vaut l’information complète de citoyens québécois ds le marché noir que je connais si bien? Lol»

Les audiences qui visent à déterminer si la preuve recueillie contre lui est suffisante ont donc commencé mercredi en son absence et se poursuivront jeudi.

Si, au terme de l’enquête préliminaire, il est cité à procès sur les chefs de trafic de cannabis, possession pour fins de trafic, fraudes et d’avoir conseillé les franchisés à produire du cannabis et qu’il est toujours absent le 11 septembre lorsque son dossier sera appelé devant la Cour supérieure, Me Beauchamp-Laliberté demandera à celle-ci de constater son défaut et du même coup, la renonciation au droit d’être jugé par un jury.

L’objectif poursuivi par la Couronne est en effet de l’empêcher d’avoir un procès devant un jury et de retourner le dossier devant la Cour du Québec pour que son procès se tienne devant un juge seul. Si un jour il devait revenir au pays, il sera automatiquement arrêté compte tenu des mandats émis contre lui et devra subir son procès peu importe les années qui se seront écoulées.

Rappelons que le suspect est considéré comme le dirigeant de l’Association des consommateurs de cannabis médical du Québec (ACCMQ). Il avait été arrêté une première fois en octobre 2019 pour avoir vendu des franchises de ses boutiques connues sous le nom de 710 ou Th City (dans la région, l’une est située à Shawinigan et l’autre à Trois-Rivières) et d’avoir incité les détenteurs de franchises à produire et à vendre du cannabis sans avoir les autorisations légales de Santé Canada. Les perquisitions menées dans le cadre du projet Portillon avaient notamment permis de saisir 23,7 kilogrammes de cannabis sous diverses formes. En décembre, il était de nouveau arrêté pour récidive en semblable matière et bris de conditions. Dans les deux cas, il avait cependant pu reprendre sa liberté sous conditions.

Le ministère public avait alors porté en appel ces deux remises en liberté et obtenu gain de cause en Cour supérieure. Le juge Louis Dionne avait conclu le 24 janvier dernier que sa liberté devait être révoquée et ordonnait qu’il se constitue prisonnier au plus tard le 31 janvier 2020 mais Krespine avait préféré fuir le pays, ne se gênant pas pour narguer la justice.