La mère de la petite Rosalie, Audrey Gagnon, n’a encore fait aucune demande pour une remise en liberté provisoire.

Accusée du meurtre de sa fille Rosalie: les expertises attendues

Six mois après la découverte du corps de la petite Rosalie, deux ans, dans une poubelle de Charlesbourg, la divulgation de preuve se poursuit dans le dossier de la mère Audrey Gagnon, accusée du meurtre au second degré de sa fille.

L’avocat de la mère, Me Marco Robert, ainsi que la procureure de la Couronne Me Mélanie Dufour ont indiqué à la cour mercredi qu’ils attendaient tous deux les résultats d’expertises scientifiques sur des objets saisis sur la scène de crime ou dans les environs. 

Ce n’est que lorsque ces éléments seront connus que la défense pourra prendre position, à savoir si elle souhaite une enquête préliminaire ou aller directement à procès. 

Audrey Gagnon n’a encore fait aucune demande pour une remise en liberté provisoire. Elle est aussi accusée d’entrave et d’incendie criminel.