Abonnement au gym: les bonnes informations pour faire le bon choix

En matière de centre d‘entraînement, il est raisonnable de formuler le postulat selon lequel les consommateurs demeurent relativement fidèles à leurs habitudes et, du moins pour une certaine période, tendent à fréquenter le même gym.

Pour ceux qui songent à fréquenter un nouvel établissement ou pour les profanes qui en sont à leurs premières armes, plusieurs éléments peuvent motiver le choix d’un gym : proximité, plages d’heures d’ouverture, communauté d’habitués, qualité des équipements, qualification des entraîneurs, etc. Naturellement, le prix de l’abonnement peut aussi constituer un critère déterminant.

Prix total et tout inclus

À cet égard, certaines pratiques observées dans ce domaine suggèrent qu’il est requis d’exercer une certaine vigilance lorsque l’on navigue sur les sites web des différents centres de conditionnement à la recherche du meilleur prix. Il en va de même pour les dépliants publicitaires qui nourrissent nos boîtes aux lettres.

En effet, bien que la plupart des messages publicitaires présentent correctement le prix des abonnements offerts sous forme de mensualités, il appert que certains passent sous silence des frais (obligatoires) de toutes sortes : frais d’ouverture de dossier, frais de maintenance, frais d’émission de la carte de membre, etc. Ce n’est qu’au moment de conclure le contrat que ces frais seraient révélés. Dans la mesure où ces frais sont obligatoires et systématiquement imposés aux consommateurs qui achètent un abonnement, le prix annoncé, qu’il soit sous forme de mensualités ou de prix total devrait les inclure.

La Loi sur la protection du consommateur (LPC) prévoit qu’aucun commerçant ne peut, dans un message publicitaire, annoncer le montant des paiements périodiques à faire pour l’acquisition d’un bien ou l’obtention d’un service sans divulguer également le prix total du bien ou du service.

En outre, selon l’exigence du prix tout inclus, le prix annoncé doit comprendre le total des sommes que le consommateur devra débourser pour l’obtention du bien ou du service. Toutefois, ce prix annoncé peut ne pas comprendre les taxes de vente.

Le permis: gage de protection

Assurez-vous, en outre, que l’entreprise est bien titulaire du permis d’exploitation requis par la Loi. Ce permis n’est délivré aux exploitants d’un établissement qu’en contrepartie du versement par celui-ci à l’Office d’une protection financière qui pourra servir à indemniser les abonnés en cas de cessation inopinée des activités du centre en cours d’abonnement.

Modalités de paiement

Enfin, en ce qui a trait au paiement de l’abonnement, la LPC exige que l’abonnement soit payable en un minimum de deux versements, par exemple un versement au début de l’abonnement et l’autre à la moitié de la durée prévue de celui-ci. Le fait pour bon nombre de centres de conditionnement physique d’offrir à leur clientèle de payer leur abonnement par des versements mensuels constitue donc une pratique tout à fait conforme aux exigences de la loi. A contrario, le fait de percevoir le paiement de l’abonnement en un seul versement est une pratique interdite par la LPC.

Gary Frost est directeur des services aux clientèles à l’Office de la protection du consommateur