Pascal Gagnon a été accusé du meurtre au premier degré de son ancien partenaire d’affaires Érick Lavoie. Le drame s’est produit vers 23h30 lundi soir dans la résidence de la victime, rue de Bordeaux, dans l’ancien village de Rock Forest.

Abattu par son ancien partenaire d’affaires

Un crime violent est venu bouleverser le quotidien d’une famille sans histoire de la rue de Bordeaux dans l’ancien village de Rock Forest, alors qu’un homme de 45 ans y a été tiré à son domicile par son ancien partenaire d’affaires à l’aide d’une arme à feu.

Père de deux enfants et propriétaire d’une entreprise de consultation informatique, Érick Lavoie a succombé à ses blessures dans la nuit de lundi à mardi.

Pascal Gagnon, 49 ans, a été accusé du meurtre au premier degré de l’homme de 45 ans.

C’est l’accusation la plus grave du Code criminel, passible de la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans, qui a été déposée contre Gagnon.

Menottes aux poings vêtu de l’habit blanc remis par les policiers après la saisie de ses vêtements, Gagnon a été amené devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec, mardi en fin d’après-midi, au palais de justice de Sherbrooke.

Comme le prévoit la loi en matière d’accusation de meurtre, Pascal Gagnon demeure derrière les barreaux. La juge Fabi a ordonné sa détention jusqu’à la fin des procédures judiciaires. Il devra s’adresser à la Cour supérieure s’il veut retrouver sa liberté.

La procureure aux poursuites criminelles Me Geneviève Crépeau et l’avocate de la défense Me Michèle Lamarre-Leroux de l’aide juridique ont reporté le dossier au 12 décembre prochain.

Pascal Gagnon se serait présenté au domicile d’Érick Lavoie vers 23 h 30, lundi soir. Armé, Gagnon aurait tiré des projectiles en direction de son ancien partenaire d’affaires en l’atteignant mortellement.

« L’homme qui a été atteint est décédé de ses blessures », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec, la sergente Aurélie Guindon.

Pascal Gagnon est l’ancien partenaire d’affaires de la victime.

Sur le site Internet de Érick Lavoie informatique, Gagnon y a déjà écrit un article de blogue.

L’article informatif signé par Gagnon remonte à juillet 2015.

Au Registre des entreprises du Québec, Gagnon apparaît comme administrateur de « Érick Lavoie informatique » entre janvier 2012 et mars 2016 en tant que trésorier de la compagnie de services informatiques : soutien et réparations.

Il se livre

Un peu après l’événement, Pascal Gagnon a contacté le Service de police de Sherbrooke pour se livrer en lien avec les gestes.

Le suspect a été interrogé par la division des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec au quartier général du SPS.

Les techniciens en identité judiciaire de la SQ ont passé la scène de crime de la rue Bordeaux au peigne fin.

Étant donné le niveau de service, c’est la SQ qui s’occupe de l’enquête.

« Nous n’avons pas de détail sur les circonstances de cet homicide pour le moment », mentionne la porte-parole de la SQ.

Des voisins sous le choc

Voisine de la rue Bordeaux, Julie Lamoureux était affectée par le drame qui est survenu sur sa rue.

« Nous sommes sous le choc. On se demande ce qui a pu se passer. Je suis vraiment à l’envers. Mon garçon a vu l’ambulance partir cette nuit », signale Julie Lamoureux.

Véronique Carrier qui réside en face de la résidence de la victime n’a rien entendu de ce qui s’est passé dans la nuit.

« C’est le bruit de l’autobus de la Sûreté du Québec qui nous a réveillés. Lorsque j’ai vu les banderoles jaunes devant leur résidence que j’ai su que quelque chose était arrivé. Je ne sais vraiment pas ce qui a pu se passer », explique la voisine.

Elle mentionne que Érick Lavoie était un homme qui était toujours de bonne humeur.

« Nous habitons dans une rue très tranquille où les enfants jouent ensemble. Ses enfants sont très gentils. C’est une famille sans histoire, alors un drame comme ça vient nous chercher », explique Veronique Carrier.

«C’est une famille sans histoire, alors un drame comme ça vient nous chercher », a raconté Véronique Carrier, une voisine de la victime.

Assistance aux enfants

Le SPS a porté assistance aux enfants de Érick Lavoie notamment avec l’aide du chien Kanak.

Il faut remonter à plus de cinq ans pour répertorier le dernier meurtre à avoir été commis à Sherbrooke.

Yvan Lamontagne a été condamné à sept ans pour homicide involontaire de Marc Prince qui avait été tué par des coups de couteau, relativement à la vente d’un véhicule en avril 2012.

Le meurtre est survenu dans un domicile de la rue Bordeaux, lundi soir, à Sherbrooke.