Selon la Dre Diane Francoeur, présidente de la Fédération des medecins spécialistes, un chirurgien doit avoir complété une formation et en avoir fait une cinquantaine en compagnie d’un spécialiste qui possède les qualifications, avant de pratiquer une césarienne. Une formation que n’a pas le nouveau chirurgien de l’hôpital d’Amqui.

À la défense du chirurgien qui ne fait pas de césariennes à l’hôpital d’Amqui

MATANE — La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) défend le nouveau chirurgien de l’hôpital d’Amqui qui refuse de pratiquer des césariennes. Diane Francoeur blâme plutôt le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent et le ministère de la Santé pour leur mauvaise gestion dans ce dossier.

«On essaie de faire porter le fardeau sur un jeune chirurgien qui a gentiment accepté d’aller faire du dépannage à Amqui, se désole-t-elle. C’est la responsabilité du directeur des services professionnels [du CISSS du Bas-Saint-Laurent] qui a mal planifié l’organisation des soins.»

La Dre Francoeur précise qu’avant de pratiquer une césarienne, un chirurgien doit avoir complété une formation et en avoir fait une cinquantaine en compagnie d’un spécialiste qui possède les qualifications. «On ne peut pas demander à un chirurgien qui n’a jamais fait de césariennes, qui n’a jamais eu de formation, de s’en aller opérer des femmes, insiste-t-elle. Ce serait irrespectueux pour les femmes de la Vallée de la Matapédia qui ont le droit d’être aussi bien soignées que partout ailleurs!»

Interpellée en chambre sur le sujet, mardi, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a indiqué que la FMSQ allait déposer un plan, cette semaine, pour l’obstétrique et les chirurgies. «La ministre McCann, c’est elle qui aurait dû me faire des propositions, pourfend la présidente de l’organisme. Gérer le réseau, ça lui appartient! Comment voulez-vous que je trouve des remplaçants au pied levé à moins de 24 heures? C’est ridicule! Ça se planifie, ça s’organise et c’est le travail du ministère de la Santé.»

Selon Diane Francoeur, les négociations piétinent. «Le ministère avait décidé que les chirurgiens, même s’ils ne savent pas faire des césariennes, allaient faire du remplacement en obstétrique, explique-t-elle. Mais, cela n’arrivera pas. Ce n’est pas vrai qu’on va mettre les femmes d’Amqui, ni de nulle part ailleurs, à risque d’être opérées par des gens qui n’auront pas eu le privilège d’avoir la formation.»

«Mon cœur est encore à Amqui»

Cas plutôt exceptionnel, c’est la présidente de la FMSQ, qui est gynécologue obstétricienne à l’Hôpital Sainte-Justine de Montréal, qui sera de garde en obstétrique en fin de semaine à l’hôpital d’Amqui. «Mon cœur est encore à Amqui, même si j’ai quitté la région depuis longtemps, laisse tomber Dre Francoeur, qui est native de l’endroit. Je vais faire ma part parce que je pense que lorsqu’on prêche par l’exemple, on a plus de pouvoir d’influence sur nos pairs.»