Les préparatifs vont bon train sur la rivière Sainte-Anne en prévision de la pêche aux petits poissons des chenaux.

80 ans de plaisirs sur la glace

Sainte-Anne-de-la-Pérade — Le Festival de la pêche aux petits poissons des chenaux célèbre son 80e anniversaire, cette année. Inutile de dire que l’organisation est très heureuse de la contribution de mère Nature qui a généreusement fourni le froid et la neige nécessaires à la formation d’une épaisse couche de glace sur la rivière qui a déjà atteint «10 à 15 pouces», précise le président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, Steve Massicotte.

Mercredi, on pouvait d’ailleurs constater que les poteaux servant à tenir le système d’éclairage dans le village de cabanes à pêche sont déjà plantés. Le 26 décembre les activités vont donc débuter comme prévu et plus de 100 000 personnes sont attendues jusqu’au 18 février.

À l’occasion de cet anniversaire, plusieurs nouveautés vont s’ajouter à la programmation habituelle. Dans le cadre de la cinquième édition de la Randonnée du pêcheur, un rendez-vous de motoneiges anciennes, le festival accueillera Jacques Villeneuve, le 20 janvier. Cette légende du Grand Prix de Trois-Rivières tiendra une séance d’autographes et rencontrera le public en après-midi, raconte Isabelle Durette, directrice générale de l’Association des pourvoyeurs.

Le 3 février, le festival ramènera aussi une tradition des années 1950, le grand défilé, qui se déroulera sur la rivière avec chars allégoriques, personnages et musique.

«On voulait faire un petit clin d’œil historique dans le cadre du 80e anniversaire», explique Mme Durette. Parmi les autres nouveautés, il y aura un parcours d’hébertisme aérien, une miniferme et un carrousel de poneys pour les enfants.

De gauche à droite: Steve Massicotte, président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, Diane Aubut, mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Isabelle Durette, directrice générale de l’Association, et le député de Champlain, Pierre-Michel Auger. À l’avant, la mascotte Gigoteau.

L’événement touristique, un des rares à se dérouler en hiver au Québec, reçoit une aide financière de 42 500 $ de Tourisme Mauricie.

Comme l’indique Lionel Arseneault, agent de développement du territoire de la MRC des Chenaux, ce festival «joue un rôle de plus en plus moteur pour le développement touristique régional. Ce sont des nuitées dans le territoire, des nuitées à Trois-Rivières et un peu partout en Mauricie et des retombées économiques très importantes dans notre région», fait-il valoir.

La pêche au poulamon sur la rivière Sainte-Anne a beaucoup changé depuis 80 ans. Il y a une quinzaine d’années, rappelle M. Massicotte, les pourvoyeurs ont pris un virage familial. «Ce n’est plus nécessairement de venir pêcher et de prendre des 1000 poissons. C’est de s’amuser à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Parfois, les gens vont prendre 10, 15, 20 ou 25 poissons et vont être super contents. Après, ils viennent patiner, ils viennent s’amuser», dit-il.

Beaucoup d’activités, le samedi et le dimanche, se tiennent maintenant de jour, rappelle-t-il. «Et maintenant, les gens peuvent arriver à 18 h au lieu de 20 h. Ils peuvent souper dans le chalet de pêche et profiter de la soirée aussi», dit-il.

Notons que plusieurs activités populaires sont de retour, dont des ateliers culinaires permettant d’apprendre à apprêter le poulamon afin d’en tirer toute la saveur.

«La programmation bonifiée du festival contribuera certainement au succès de l’événement», prévoit Steve Massicotte.

«Notre objectif, pour le 80e anniversaire, est de dépasser le cap des 100 000 visiteurs», indique le président.