Le feu au nord du Lac-Saint-Jean demeure contenu

La pluie et les températures plus basses des derniers jours ont aidé à contenir l’incendie dans le secteur de Chute-des-Passes, au nord du Lac-Saint-Jean. Depuis mardi, le feu n’a pas progressé et touche toujours 62 000 hectares de forêt.

« Il est tombé 50 mm de pluie sur le feu depuis 24 heures, ç’a aidé au travail des pompiers », indique Josée Poitras, porte-parole de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU). On prévoit encore quelques averses pour la journée de vendredi. 

Mardi, l’incendie est passé du statut hors de contrôle à celui de contenu. Toutefois, il ne faut pas crier victoire trop vite, car la SOPFEU s’attend à une autre période de sécheresse dans cinq jours. « On surveille de près la température et les vents », explique Mme Poitras.

« En raison des conditions météorologiques, le feu ne présente aucune activité (il est en dormance) », a indiqué la SOPFEU dans un communiqué, jeudi. 

Même si l’incendie est contenu, il faudra encore « des semaines avant de le déclarer éteint », selon Josée Poitras. Les bordures du feu s’étendent sur 190 kilomètres : la tâche à accomplir pour tout éteindre est colossale. 

Jeudi matin, ils étaient 250 à combattre le feu. La SOPFEU reçoit toujours l’aide de pompiers de l’Ontario et de l’Alberta arrivés en début de semaine. 

« On surveille encore les barrages », explique Josée Poitras. Vendredi dernier, le feu s’était approché à 1,2 km du barrage Péribonka IV. L’infrastructure avait été protégée grâce au brûlage préventif et à l’arrosage. 

L’interdiction de se rendre dans la zone du feu était toujours en vigueur jeudi. « Les personnes qui s’y trouveraient encore doivent impérativement quitter les lieux pour leur sécurité et pour ne pas nuire aux opérations en cours », a rappelé la SOPFEU.

Cette interdiction s’applique aussi aux avions et aux hélicoptères. Il leur est défendu de survoler la zone. 

L’interdiction de faire des feux à ciel ouvert a été levée à compter de 8 h 00 jeudi matin dans la plupart des régions du Québec. Les précipitations des derniers jours ont fait diminuer les risques d’incendie.