Un feu mal éteint serait la cause de l’incendie qui a débuté mardi.
Un feu mal éteint serait la cause de l’incendie qui a débuté mardi.

Le feu au Lac-Saint-Jean progresse toujours, du renfort arrive

Thomas Dufour
Le Quotidien
Près de 120 pompiers de l’Ontario et du Manitoba sont en route pour venir prêter main-forte aux équipes qui combattent l’incendie hors de contrôle dans le secteur de Chutes-des-Passes, au Lac-Saint-Jean.

Le brasier avait atteint une superficie de 68 000 hectares dimanche après-midi, soit 10 000 hectares de plus que samedi. La vitesse de progression de l’incendie avait cependant diminué par rapport à la semaine dernière.

« Le vent a donné un répit aux pompiers qui ont pu s’attaquer à d’autres secteurs », a indiqué le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, lors d’une conférence de presse dimanche.

Accompagné de la ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, M. Dufour a survolé l’incendie dimanche.

Près de 250 pompiers et de 400 combattants auxiliaires étaient sur les lieux. Soixante pompiers de l’Ontario se joindront lundi et soixante autres viendront du Manitoba mardi.

Cause confirmée

Les équipes de la SOPFEU auraient retracé la cause de l’incendie qui a ravagé une superficie de 68 000 hectares depuis mardi. Il s’agirait d’un feu allumé par des campeurs plus tôt cette semaine dans la zone sud-ouest du brasier.

En conférence de presse dimanche, le ministre Dufour a montré des photos de l’installation qui serait probablement à l’origine de l’incendie.

« Un feu mal éteint peut causer énormément de dommages », a dit le ministre en rappelant aux Québécois l’interdiction d’allumer un feu à l’extérieur.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour ainsi que ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest ont survolé l’incendie en hélicoptère dimanche.

La saison des feux est particulièrement intense cette année au Québec. On compte 450 incendies pour l’instant dans la province, soit deux fois plus que l’an dernier à pareille date. Selon la SOPFEU, 99% de ces incendies sont de cause humaine.

De la pluie espérée

Les équipes sur le terrain espèrent une baisse des températures pour la semaine prochaine. Une hausse du taux d’humidité aiderait aussi les équipes à combattre le feu.

« C’est un feu d’une ampleur qu’on a pas vu depuis très longtemps, a affirmé la ministre Laforest. On souhaite avoir de la pluie, quelques millimètres et [le feu] pourrait être sous contrôle ».

Dimanche, le brasier était à 2 km de la centrale Péribonka IV d’Hydro-Québec. La centrale était hors de danger pour l’heure puisque les vents étaient favorables. « Le barrage est sécurisé, les équipes ont fait un périmètre », a dit la ministre Andrée Laforest.

Les pompiers ont tout mis en oeuvre pour protéger la centrale hydroélectrique. Cette dernière est dégagée de la forêt, ce qui diminue les risques.

Il ne faut pas s’inquiéter pour l’alimentation électrique dans la province, selon Hydro-Québec. « Les centrales hydroélectriques au Québec sont interreliées sur le réseau, a expliqué Maxence Huard-Lefebvre, porte-parole de la société d’État. Une centrale n’est pas associée à des clients en particulier. »

La ZEC Onatchiway a été évacuée samedi. Un barrage routier a aussi été installé à 75 km de l’incendie. Contrevenir à cette évacuation pourrait coûter entre 500 et 50 000$, a indiqué le ministre Dufour.

L’incendie s’est déclaré mardi et s’est propagé rapidement en raison du temps chaud. Environnement Canada prévoit que cette vague de chaleur se prolongera au courant de la semaine, compliquant la vie des services incendie.

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et des Affaires municipales et ministre responsable de la région, Andrée Laforest, a également survolé la zone touchée par l’important feu de forêt.

Le feu a détruit plusieurs chalets depuis mardi. Quelques personnes ont également été évacuées par la SOPFEU. Heureusement, on ne rapporte pas de blessés.

Samedi, des vents provenant du nord ont poussé la fumée vers plusieurs villes du Lac-Saint-Jean. Environnement Canada a émis des alertes de smog pour la région.