Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Le Faubourg Sagamie veut de l’habitation

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Des tours d’habitations pourraient pousser sur les terrains du Faubourg Sagamie dans un avenir rapproché.

Les élus de Saguenay se montrent ouverts à la demande de changement de zonage déposée par les propriétaires du centre commercial de Jonquière, une entreprise de Laval.

« Nous n’avons pas le cadre légal pour répondre à cette demande. Ce qu’on a fait, c’est modifier ce cadre pour ensuite analyser la demande. Aucune décision n’a été prise du côté de la ville, mais on se montre ouvert à de nouveaux usages pour ce secteur », répond Simon-Olivier Côté, conseiller municipal et membre du comité consultatif d’urbanisme (CCU).

Gestionnaire du centre commercial, Kathie Maltais confirme qu’un projet d’habitation est dans les cartons, sans toutefois en dévoiler la nature. Cette dernière indique également que contrairement à ce qui a été véhiculé, le bâtiment ne sera pas rasé. En effet, dans la résolution déposée en séance du conseil de ville, il était indiqué que le centre d’achat allait être démoli «en totalité». Il s’agirait, selon Simon-Olivier Côté, d’une erreur «d’écriture» provenant de la Ville.

Les élus de Saguenay ont répété à plusieurs reprises qu’il pourrait être justifié de changer le zonage des centres commerciaux, en raison de la COVID-19. Par exemple en donnant le droit d’exploiter de nouveaux usages, que ce soit le résidentiel ou les services professionnels.

Mais la responsable du centre commercial de Jonquière indique que le projet du Faubourg Sagamie « date de bien avant le COVID ».

Est-ce que les infrastructures souterraines du secteur du Faubourg Sagamie peuvent accueillir 100, 200 ou plus d’unités d’habitations ?

« Il est trop tôt pour le dire. On n’est pas rendu là », a répondu Simon-Olivier Côté.

Si jamais le projet va de l’avant, le promoteur ou la Ville devront cependant « compenser » pour l’ajout de résidences, admet le conseiller. En effet, le système de traitement des eaux de Saguenay n’est plus en mesure de traiter le volume d’eau usée, ce qui oblige la Ville à déverser. Des déversements qui risquent de coûter cher à la Ville, qui doit se conformer aux nouvelles normes canadiennes des débordements des réseaux d’égout. Saguenay doit d’ailleurs déposer un plan en ce sens sous peu.