F-35

Le F-35 dans le ciel de Saguenay

L’avion furtif que pourrait acquérir l’Aviation royale canadienne, le F-35, volera dans le ciel du Saguenay en juin prochain. Le directeur général du Spectacle aérien international de Bagotville 2019, le lieutenant-colonel Christian Corneau, l’a confirmé mardi en fin de journée.

Le contrat entre les représentants de Bagotville et ceux de l’équipe de démonstration du F-35 Lightning a été conclu en fin de semaine à l’International Council of Air show, à Las Vegas.

« Ce sera la première fois que le Joint Strike Fighter volera au Canada et la seule en 2019 », s’est réjoui le lieutenant-colonel Corneau, qui est commandant du 3e Escadron de maintenance air de Bagotville. 

Qui plus est, le F-35, dont le calendrier comprend seulement 15 spectacles en Amérique du Nord, ne fera pas que survoler la piste de l’aéroport. Il présentera pour la première fois son tout nouveau spectacle destiné à montrer l’étendue de ses capacités comme l’avait fait le F-22 Raptor en 2017. Une routine qui devrait en mettre plein la vue aux dizaines de milliers de spectateurs attendus pendant la fin de semaine des 22 et 23 juin.

Lors du dernier spectacle aérien, le Raptor était accompagné par le légendaire P-51 Mustang piloté par le regretté Vlado Lenoch. Le commandant Corneau précise que les équipes de démonstration américaines ajoutent habituellement un avion ayant marqué l’histoire à leur vedette moderne. On devrait donc s’attendre à ce qu’un vieil appareil, qui restera à confirmer, fasse un vol en tandem avec le F-35.

Avions de remplacement

Pour l’instant, Bagotville ne dévoile pas d’autres détails de l’événement qui se tiendra dans un peu plus de six mois, car d’autres confirmations restent à venir.

Par exemple, explique M. Corneau, on tente toujours d’attirer les chasseurs qui sont en compétition avec le F-35 pour remplacer la flotte de CF-18 : le Typhoon d’Eurofighter, le Grippen suédois et le F-18 Super Hornet (Dassault, qui produit le Rafale français, s’est retiré de la course). On avait tenté le coup en 2017, mais seul le Super Hornet s’était pointé et l’Eurofighter avait aménagé un kiosque sans toutefois présenter son chasseur.

Le SAIB 2019 a aussi bon espoir d’attirer de vieux appareils qui ont traversé les différentes guerres en cette année où le NORAD (l’organisation pour la défense de l’Amérique du Nord) fête ses 70 ans.

Mais on pourra compter sur les incontournables Snowbirds, l’équipe de démonstration du CF-18, les parachutistes Skyhawks, l’attaque massive des CF-18 et le mur de feu, et le retour du camion propulsé par un moteur de jet. « En 2017, il avait eu un problème mécanique et il nous a offert de revenir avec un nouveau camion pour moins cher cette année », rappelle le lieutenant-colonel Corneau.

Écologie

Le prochain spectacle aérien de Bagotville sera le seul événement du genre complètement carboneutre. « On y travaille, affirme son DG. En 2017, on avait comptabilisé les émissions de gaz à effet de serre émis par les avions. Cette fois, on calculera aussi les émissions causées par les déplacements des spectateurs parmi lesquels on attend 700 véhicules récréatifs, 200 de plus qu’en 2017. »

Les 23 et 24 juin 2017, 132 000 personnes s’étaient rassemblées au bord de la piste 11-29 de la base de Bagotville, un record que le commandant de la base, le colonel William Radiff, espère éclipser.