Le Dr Dany Harvey vient de remettre sa démission au CIUSSS. Il entend se consacrer à la pratique pédiatrique en cabinet
Le Dr Dany Harvey vient de remettre sa démission au CIUSSS. Il entend se consacrer à la pratique pédiatrique en cabinet

Le Dr Harvey se consacrera à la pédiatrie en cabinet

Eve-Marie Fortier
Eve-Marie Fortier
Le Quotidien
Dany Harvey a officiellement remis sa démission au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS), mercredi après-midi, afin de se dédier exclusivement à la pratique pédiatrique en cabinet. Le CIUSSS a pris la décision de ne pas accepter sa demande de dérogation pour cause d’équité, selon Jean-Benoit Bouchard, chef pédiatrique.

À la suite du rejet de sa demande de dérogation, le médecin spécialiste a annoncé sa démission par le biais d’une lettre ouverte, en spécifiant qu’aucune entrevue ne serait accordée.

« À la suite des réflexions et des décisions prises avec ma famille, mes amis et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), je me retire de toutes mes activités hospitalières en lien avec ma pratique. Le CIUSSS assumera tous les services en allergie. »

Le Dr Harvey, qui souhaitait obtenir une dérogation au plan régional d’effectifs médicaux (PREM) afin de pouvoir consacrer tout son temps aux allergies sans devoir occuper son poste de pédiatre, souligne que ses exigences étaient claires. « Ma demande a toujours été simple : un statut particulier hors PEM (plan d’effectifs médicaux en établissement) pour répondre à la clientèle en allergie. »

Pour s’y faire, il exigeait d’être exempté de certaines obligations de base d’un médecin qui pratique en milieu hospitalier, tel que la garde obligatoire. « Tout le monde se chicane pour la garde en pédiatrie, alors que ce n’est pas l’enjeu. L’enjeu a toujours été la clientèle allergique », a-t-il dévoilé dans sa lettre ouverte.

Équité de la profession

Jean-Benoit Bouchard, chef régional du département pédiatrique au CIUSSS, confirme toutefois qu’être exempté de ce genre d’obligations aurait pu créer certains précédents. « Les privilèges hospitaliers viennent avec des obligations. Le CIUSSS a dû réfléchir à l’équité des professionnels qui pratiquent au sein du milieu hospitalier dans sa décision. »

Selon le Dr Bouchard, le Dr Harvey aurait pu continuer de traiter ses patients en allergie au sein d’un bureau privé, car 90 % du traitement ne nécessite pas d’être dans un milieu hospitalier.

« Le Dr Harvey a décidé de ne plus traiter de patient en allergie. Par contre, il faut savoir qu’un médecin ne peut pas quitter ses fonctions en laissant ses patients sans service. Il est du devoir du Dr Harvey de transférer ses patients. Le CIUSSS n’a pas à s’en occuper. »

Le chef du département pédiatrique se dit confiant face à l’avenir de la spécialité de l’allergie au Saguenay–Lac-Saint-Jean. « Au niveau pédiatrique, nous sommes prêts à prendre le relais. D’autres médecins qui traitent les adultes au CIUSSS se sont également montrés intéressés à suivre des formations afin d’éviter à la population de se déplacer à Québec. »