Le dossier de la succursale de la SQDC à Saguenay réglé à 98%

Le dossier d’une succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC) au Saguenay–Lac-Saint-Jean est avancé à 98 pour cent. L’annonce officielle devrait se faire d’ici les prochaines semaines, selon la députée de Chicoutimi, Andrée Laforest.

La ministre de l’Habitation et des Affaires municipales et ministre responsable de la région a même confirmé, vendredi, que l’emplacement est déjà connu. Elle n’a pas voulu dévoiler l’endroit exact, préférant attendre avant que tout soit signé.

«C’est un dossier sur lequel je travaille depuis mon arrivée en poste. Il est vraiment avancé, a réagi Mme Laforest. Il reste quelques petites finalités à signer et à décider, mais oui, il va y avoir une succursale de la SQDC dans la région, et oui, c’est réglé.»

La députée de Chicoutimi ne pouvait pas non plus assurer la date de dévoilement du site au Saguenay–Lac-Saint-Jean, car c’est le ministre de la Santé et des Services sociaux, Lionel Carmant, qui s’occupe de finaliser le dossier.

«Ça fait longtemps que ce dossier est travaillé. Il fallait être prêts, a soulevé Andrée Laforest. Ce n’est pas un nouveau dossier et en tant que ministre des Affaires municipales, il fallait que je prévoie à quel endroit allait se retrouver une succursale de la SQDC au Saguenay–Lac-Saint-Jean.»

Dans l’édition de vendredi du Quotidien, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, disait avoir reçu un engagement du président-directeur général de la SQDC, Jean-François Bergeron, de l’arrivée d’une succursale de la SQDC au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le porte-couleurs du Parti québécois avait ajouté qu’il aimerait que le service se retrouve dans sa circonscription.

Andrée Laforest a répondu en expliquant qu’il était un peu tard pour faire une telle demande.

Selon un procès-verbal d’une réunion de la Commission de l’aménagement du territoire, du génie et de l’urbanisme de Saguenay tenue en mars, une demande de modification du règlement sur les usages conditionnel avait été soulevée pour permettre la vente de cannabis au coin du boulevard Saint-Paul et de la rue de la Rupert.

Cette demande avait toutefois été reportée à une date ultérieure pour permettre à la commission d’obtenir plus amples informations auprès de la SQDC.