Le Parti des citoyens de Saguenay a fait parvenir une plainte officielle au Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Le DGEQ n’enquêtera pas sur la plainte

Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) ne fera pas enquête concernant la plainte du Parti des citoyens de Saguenay (PCS) contre Jean-Pierre Blackburn, car rien dans la loi qu’il fait appliquer ne balise l’utilisation de documents d’un parti politique.

Dans une lettre envoyée au DGEQ le 30 octobre, le PCS accuse Jean-Pierre Blackburn d’avoir « utilisé pour son bénéfice à l’approche de l’élection du 5 novembre prochain, la liste propriété du PCS contenant les renseignements personnels confidentiels relatifs aux membres afin de transmettre un courriel ayant pour titre : message de Jean-Pierre Blackburn avec une lettre en pièce jointe pour solliciter leur appui et ainsi tenter d’influencer le vote des membres du PCS en sa faveur. »

Une vérification du Quotidien auprès du DGEQ a permis de connaître l’état général de la question. « Cette question n’est pas encadrée par la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités. C’est de la régie interne des partis. S’il y a lieu, ça pourrait être quelque chose comme du vol de documents », a indiqué Julie St-Arnaud, porte-parole pour le Directeur général des élections du Québec, mais sans évidemment s’avancer sur les lois qui ne sont pas régies par son organisme.

La porte-parole ne peut toutefois confirmer quelque information que ce soit sur ce cas précis. Seul le PCS pourrait dévoiler quel suivi le parti a reçu de la part du DGEQ. La réponse obtenue par Le Quotidien permet toutefois de présumer du résultat sans inquiétude.

Dans son communiqué, le PCS gardait la porte ouverte concernant d’autres avenues légales. « Le PCS se réserve le droit de prendre à l’encontre de M. Blackburn tout autre recours judiciaire approprié s’il y a lieu », était-il mentionné. Il pourrait notamment s’agir d’une plainte pour vol, que ce soit au criminel ou au civil, a confirmé un criminaliste interrogé par le journal.

Rien de mal, croit Blackburn

Du côté de Jean-Pierre Blackburn, il n’estime pas avoir fait quelque chose d’illégal. 

« Il s’agit d’une liste de 400 noms que j’ai moi-même recrutés. C’est encore correct de les courtiser. (...) Je me sens confortable avec ça. (...) C’est une liste que nous avons. Jamais ils ne m’ont demandé de ne pas l’utiliser », avait-il répondu en marge d’une conférence de presse portant sur des engagements touchant Chicoutimi-Nord.


Cette question n’est pas encadrée par la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.
Julie St-Arnaud, DGEQ

Le candidat à la mairie assure qu’il ne s’agissait pas d’une liste préexistante que le parti avait déjà. Il s’agit de membres qu’il prétend avoir lui-même amenés au parti. Certains seraient des partisans de longue date, a-t-il prétendu.

Au PCS, on certifie avoir demandé à Jean-Pierre Blackburn de ne rien utiliser qu’il aurait acquis alors qu’il était chef du parti cet été. 

« Suivant son départ, nous lui avons demandé de remettre toutes les informations, les biens, les documents, le matériel et les listes appartenant au PCS, incluant celle contenant les renseignements relatifs aux membres, s’agissant de renseignements confidentiels. À la demande de Jean-Pierre Blackburn, un représentant du PCS, a rencontré par la suite Daniel Gaudreault, responsable de la campagne de monsieur Blackburn, à son domicile afin de récupérer les informations, les documents, les biens, le matériel et les listes propriété du PCS que monsieur Blackburn avait en sa possession alors qu’il était chef du PCS », écrit le PCS dans sa plainte transmise au DGEQ.


Il s’agit d’une liste de 400 noms que j’ai moi-même recrutés.
Jean-Pierre Blackburn
Jean-Pierre Blackburn a tenu un point de presse à Chicoutimi-Nord.

Un hommage à Jean-Claude Villeneuve

S’il est élu maire de Saguenay, Jean-Pierre Blackburn entend rendre hommage au dernier maire de Chicoutimi-Nord, Jean-Claude Villeneuve.

C’est ce qu’il a annoncé lors d’un point de presse tenu à l’ancienne église Saint-Luc à Chicoutimi-Nord. 

« Il mérite qu’on souligne ce qu’il a fait », a souligné le candidat à la mairie. Il ne pouvait dire quelle forme cet hommage prendrait. Il consulterait au préalable la famille avant de statuer sur un projet spécifique.

Jean-Claude Villeneuve a été maire de 1971 à 1978, avant que sa municipalité ne soit fusionnée à Chicoutimi. Il est décédé en mars dernier à l’âge de 82 ans.

« C’est lui qui m’a amené à ma première réunion de l’Association des centres-villes du Québec », s’est-il souvenu.

Quant au point de presse comme tel, M. Blackburn a répété des engagements qui, estime-t-il, auraient des retombées bénéfiques pour le secteur. Il a notamment parlé des deux ponts. « Je m’engage à demander une étude d’opportunité sur l’implantation d’un nouveau pont pour relier la rive nord du Saguenay », a-t-il rappelé. Il a également parlé du pont de Sainte-Anne. « Il faut avoir le portrait de la capacité portante », a-t-il souhaité. Jean-Pierre Blackburn a également avancé qu’il pourrait devenir « un élément attractif » en exploitant « son potentiel lumineux. »

Il a également promis que Promotion Saguenay verrait son mandat repositionné, et que l’organisme de développement économique travaillerait plus étroitement à attirer des entreprises à venir s’installer au centre-ville de Chicoutimi-Nord. Évidemment, ceci se ferait en complémentarité avec celles déjà présentes.