Patrick Bérubé, directeur de Promotion Saguenay, participe au congrès Québec Mines + Énergie au cours des deux prochains jours.

Le DG de Promotion Saguenay à Québec

Dans la foulée des changements d’orientation survenus à Promotion Saguenay, des représentants de l’organisme seront présents en chair et en os au congrès Québec Mines + Énergie qui a lieu cette semaine au Palais des congrès de Québec.

Le nouveau directeur général de Promotion Saguenay en poste depuis un mois, Patrick Bérubé, a mentionné qu’il prend les deux prochains jours afin de fréquenter les dirigeants de sociétés minières, les équipementiers et intervenants gouvernementaux impliqués dans le développement minier.

« Depuis quelques années, c’est un consultant externe, Roger Béland, un retraité d’Investissement Québec, qui nous représentait. Cette année, on sent le besoin d’être davantage présent », affirme-t-il.

Outre la rencontre des intervenants et investisseurs miniers, M. Bérubé ajoute que l’exercice permettra d’être au parfum des derniers développements dans le secteur minier et d’analyser les projets potentiels puisque la majorité des entreprises canadiennes et étrangères œuvrant à l’exploration et à l’exploitation des ressources minérales seront présentes.

Il rappelle que le conseil municipal a demandé à Promotion Saguenay de recentrer ses activités vers les secteurs traditionnels comme le développement industriel et commercial. « On doit s’assurer de faire du développement du bas vers le haut en aidant les projets des entreprises régionales pour les voir se développer et améliorer la venue de nouveaux capitaux et de personnels. » 

La 35e édition du congrès Québec Mines + Énergie ajoutera un nouveau volet portant sur l’énergie, un secteur au cœur des projets qui se trament pour la région et le port de Grande-Anse.

Au passage, M. Bérubé a mentionné que l’annonce par Métaux BlackRock d’une entente pour le transport de concentré de ferrovanadium est une bonne nouvelle pour la région. « Pour nous, c’est gagnant. C’est une entente qui n’est pas à très très long terme, mais qui permet de sécuriser l’entreprise et de démarrer l’usine. C’était un des points importants du BAPE. »