Le début d’un temps nouveau [VIDÉO]

ÉDITORIAL / Ça y est, après des mois d’incertitude, le Saguenay-Lac-Saint-Jean a encore un journal quotidien !

Le juge Daniel Dumais de la Cour supérieure a confirmé lundi l’ultime étape qui a mené à la formation de coopératives qui prennent le relais du modèle privé qui a prévalu pendant plus de 135 ans. L’idée phare dans le nouveau modèle est sans aucun doute le retour à la propriété régionale par le biais d’une coopérative de solidarité appartenant aux employés du Quotidien et du Progrès.

Nous, employés, avons à exécuter le mandat clairement donné par le gouvernement du Québec selon lequel tout doit être mis en place pour poursuivre la mission d’information dans la région.

Suivant un ensemble de commentaires, d’opinions et de mémoires venant à la fois d’institutions et du grand public, le gouvernement a placé au rang du bien public l’information. Cela ajoute aux défis de notre coopérative en ce sens que nous devons être plus près que jamais des intérêts de la population, même s’ils sont souvent différents et à l’opposé.

Il s’agit d’une nouvelle ère pour Le Quotidien et Le Progrès et, pour reprendre une chanson bien de chez nous, C’est le début d’un temps nouveau !

Il est encore tôt pour en dévoiler les contours, mais les prochaines semaines verront naître plusieurs chantiers au sein de l’entreprise, tant en matière de contenu que de modèle d’affaires à travers les grands principes du mouvement coopératif, comme la transparence et la reddition de compte.

Depuis cette journée du 19 août où l’annonce de nos difficultés financières et la remise en cause de notre survie ont été dévoilées, vous avez été des milliers à nous manifester du soutien. Vos gestes, vos écrits et vos paroles constituent essentiellement la raison pour laquelle nous pouvons renaître de nos cendres aujourd’hui.

L’aide des gouvernements fédéral et provincial (crédit d’impôt sur la masse salariale), à laquelle il faut ajouter l’engagement de Saguenay ainsi que des quatre MRC de la région, et la participation du public à la campagne de financement de la coopérative de solidarité des employés du Quotidien et du Progrès nous imposent un engagement à l’égard de notre mandat, une rigueur, une diversité et une équité dans notre contenu.

Pendant que nous nous activons à mettre en place une nouvelle façon de faire, nous avons besoin plus que jamais de lecteurs, d’abord, d’abonnés, d’annonceurs et de citoyens qui encouragent ces annonceurs.

Ainsi, le beau principe du moulin à eau assure que l’information régionale soit mue par une volonté de sa population.

Aujourd’hui, c’est un grand jour, un Noël avant l’heure pour l’information régionale. Bien oui, au cours des derniers mois, nous avons aussi été critiqués, soit sur l’argent public que nous recevons, soit sur notre rôle, soit sur nos biais prétendus.

Il nous appartient de faire la preuve du contraire, autant que possible. Il faut se rendre malheureusement à l’évidence, pour certains l’information n’est pas essentielle. Ce sera plus difficile avec ceux-là, même si nous écrivons souvent dans leur intérêt !

#oncontinue, comme vous l’avez lu sur la page frontispice, est tiré d’une pratique des réseaux sociaux à travers laquelle une idée, un mouvement ou une ou des personnes sont identifiés et interpelés. Ce fut notre leitmotiv pendant 126 jours, ou pendant 536 heures, et pour plusieurs d’entre-nous, la durée se calcule en secondes, tellement elle a occupé ou obsédé nos pensées, jour et nuit.

Nous avons des outils pour réussir, mais rien ne remplacera la qualité de la relation que nous souhaitons entretenir avec vous. C’est l’ingrédient qui assurera la pérennité de votre quotidien régional, lequel, disons-le, fait l’envie de régions ressources ou manufacturières où il n’y en existe pas.

Donc, nous pouvons poursuivre aujourd’hui notre mission pour le meilleur du Saguenay-Lac-Saint-Jean !

+

CHRONOLOGIE

19 août

Groupe Capitales Médias, propriété de Martin Cauchon, se place sous la protection de la Loi sur la faillite.

21 août

La Cour supérieure autorise un financement intérimaire de 5 millions $ d’Investissements Québec pour permettre au syndic PwC de démarrer un processus de sollicitation auprès d’éventuels repreneurs des six quotidiens. La date limite d’une éventuelle transaction est d’abord fixée à la mi-novembre, puis est reportée en décembre.

27 août

Les travailleurs syndiqués acceptent d’évaluer la pertinence d’un projet de coopérative pour relancer l’entreprise.

3 septembre

Le personnel-cadre se joint aux syndiqués pour travailler conjointement à la création d’une coopérative.

7 octobre

Lancement de la campagne de mobilisation coopmonjournal.com avec comme objectif d’amasser 3 millions $ dans les six régions de couverture des quotidiens du groupe.

23 octobre

Les employés des six quotidiens du groupe se prononcent en faveur du plan d’affaires qui sera déposé pour appuyer l’offre d’achat.7 novembreDépôt auprès du syndic du plan d’affaires pour la reprise des journaux sous la forme d’une coopérative.

21 novembre

Le projet de coopératives des six journaux de Groupe Capitales Médias obtient l’aval du juge Daniel Dumais de la Cour supérieure. Il autorise le rachat par les employés sous réserve de remplir certaines conditions, dont l’approbation du plan d’arrangement par les créanciers et la finalisation du montage financier.

16 décembre

Le plan d’arrangement avec les créanciers est accepté dans une proportion de 99%. Le syndic annonce que le plan de financement de 21 millions $ nécessaire à la reprise est bouclé.

23 décembre

Le juge Daniel Dumais de la Cour supérieure autorise la transaction qui officialise la naissance des six coopératives locales et de la Coopérative nationale de l’information indépendante, qui agira comme fournisseur de services auprès des autres coops du groupe.