Le député Richard Hébert, la députée Andrée Laforest, la mairesse Josée Néron, le conseiller municipal Marc Pettersen et le directeur général de la STS, Jean-Luc Roberge, ont participé à l'annonce.

Le corridor d'écomobilité lancé en grande pompe

Le nouveau corridor d’écomobilité a été dévoilé au Pavillon principal de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), mardi matin. Ce corridor de 8 km entre le boulevard Talbot et le centre-ville sera aménagé avec trois bâtiments au coût de 12,3 M$. Il aura pour objectif de favoriser les modes de transport alternatifs à l’auto solo comme les transports en commun, la marche, le vélo, le covoiturage, l’autopartage ou les véhicules électriques.

L’annonce a été faite en présence de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, du député fédéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, de la rectrice de l’UQAC, Nicole Bouchard, du directeur du Cégep de Chicoutimi, André Gobeil, ainsi que des représentants de la Société de transport du Saguenay, Jean-Luc Roberge et Marc Pettersen.

Ce corridor commence sur le boulevard Talbot, proche de Costco, puis se dirige vers la Cité du savoir et de la santé en passant par l’UQAC et le Cégep de Chicoutimi, puis se termine au centre-ville. Il relie donc les cinq principaux générateurs de déplacement de la ville, à savoir Place du Royaume, l’UQAC, le CIUSSS, le Cégep de Chicoutimi et Costco. Dans le secteur de l’UQAC, une station sera bâtie. Elle sera tempérée et les usagers auront accès à des informations voyageurs en temps réel, au WiFi gratuit et à des vélos en libre-service. À l’entrée ouest de l’UQAC, il y aura le pavillon de service multiusage qui sera une plaque tournante du réseau de bus, les usagers étudiants et les citoyens pourront profiter d’un espace public de style dépanneur, une aire d’attente, une mezzanine lumineuse et une cafeteria nommée L’Escale.

Dans le secteur du Cégep de Chicoutimi, une station nommée Station Cégep sera bâtie, l’édifice sera tempéré et un tunnel souterrain reliera la station à l’entrée du Cégep. Les usagers profiteront d’un système d’information en temps réel et de vélos en libre-service. Les voies seront aménagées pour une meilleure cohabitation entre les automobilistes, piétons et cyclistes. Les dates d’avancement des travaux sont à suivre sur les sites de la ville et de la STS.

+

LES ACTEURS SATISFAITS

La direction de la STS souhaitait s’adapter aux nouvelles réalités du transport collectif et voulait entraîner dans le projet les acteurs majeurs de la ville. 

Grâce à l’enquête Origine-Destination diligentée par le ministère du Transport qui définit les principaux pôles de déplacements de la ville, un circuit s’est peu à peu dessiné, il commence au Costco pour traverser le boulevard Talbot et finir au centre-ville. « L’idée s’est lancée en 2017 et on y a convié les institutions qui constituent l’achalandage principal de la ville comme l’UQAC et son association étudiante le MAGE-UQAC, le Cégep de Chicoutimi et le CIUSSS. Ils ont exprimé des besoins et proposé des idées, ils avaient leurs places dans le projet, car ils sont le cœur de la ville. À partir de là, le dépôt du projet s’est fait aux différents ministères. Pour rassurer et convaincre nos investisseurs publics, nous nous sommes appuyés sur l’enquête Origine-Destination, et sur la nécessité de valoriser ce circuit. Voir deux ans plus tard que le projet devient concret, c’est une fierté », affirme Jean-Luc Roberge, directeur général de la STS. 

Du côté du président du conseil d’administration de la STS, Marc Pettersen, non seulement « c’est un bel accomplissement, car ce projet de 12,3 M$ (5 M$ de financement supplémentaire sont en attente de confirmation et porterait le projet à 17,3 M$), dépasse les espérances puisque sans la collaboration des gouvernements fédéral et provincial, la STS n’aurait pu financer ce corridor d’écomobilité ». La STS va débourser plus de 1,2 M$.

90 % des 12,3 M$ sont financés par les deux paliers de gouvernements fédéral et provincial. Au niveau provincial, Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, débloque près de 5 M$ et affirme que le gouvernement québécois veut « être celui qui investit le plus dans les transports en commun dans toute l’histoire du Québec. En tant qu’ancienne étudiante de l’UQAC, je me sens chez moi ici, je suis heureuse de voir ce projet aboutir. »

Richard Hébert, député fédéral de Lac-Saint-Jean, a tenu à être présent pour le dévoilement au nom de l’honorable François-Philippe Champagne, ministre de l’Infrastructure et des collectivités. « Cela nous tenait à cœur de soutenir ces idées qui mettent en valeur le développement durable. En mettant plus de 6 M$ dans la Station UQAC et Grand Séminaire, c’est un signe fort en cohérence avec notre politique ‘verte’ qui encourage les modes de transports alternatifs partout au Canada. Et pour encourager les transports en commun, il faut poser des gestes concrets. » Au niveau municipal, la mairie de Saguenay a participé à hauteur de 250 000 $ pour le fonds UQAC, mais a surtout contribué en termes de logistique et d’appel d’offres. « La collaboration avec les différents acteurs s’est faite naturellement, j‘ai une grande confiance envers la STS, l’UQAC et le Cégep, explique la mairesse de Saguenay, Josée Néron. Au jour le jour, j’essaie de montrer l’exemple et de prendre le bus. »

Dans le secteur du Cégep de Chicoutimi, une station nommée Station Cégep sera bâtie, l’édifice sera tempéré et un tunnel souterrain reliera la station à l’entrée du Cégep.

+

DES PARTENARIATS QUI SE CONCRÉTISENT

Le dévoilement des plans du corridor d’écomobilité, c’est aussi la mise en lumière des partenariats. Comme l’a dit la rectrice de l’UQAC, Nicole Bouchard, lors de la conférence de presse effectuée dans son établissement « un tel projet avec une société de transport, deux paliers de gouvernement, une mairie, des institutions d‘éducation et même une association étudiante n’aurait pu voir le jour si tout le monde n’allait pas dans le même sens, l’union fait la force ». L’exemple concret de ces partenariats se révèle avec l’association étudiante MAGE-UQAC qui a intégré le projet en participant notamment à l’élaboration du pavillon multiusage. « Dans cette enceinte, nous gérerons L’escale, et lancerons à la rentrée un concours auprès des étudiants pour créer le logo. De plus, en intégrant dans les frais de scolarité de chaque session 40 $ supplémentaires, les étudiants de l’UQAC obtiennent un accès illimité pour la session. Le tarif étudiant mensuel de la STS est à 58 $. C’est une économie substantielle qui attire les étudiants vers les transports en commun, depuis le 15 mars, et la mobilisation étudiante pour l’environnement, on attendait des mesures fortes et le corridor en est une », expliquent deux représentants de l’association, Samuel Julien et Antoine G. Cormier.