Le corps d'Alexandre Bonneau, l'adolescent de 16 ans qui s'est noyé dans la rivière Mistassini vendredi, a été retrouvé hier vers 18h15 par les plongeurs de la Sûreté du Québec (SQ), non loin de l'endroit où il avait été vu pour la dernière fois.

Le corps du jeune noyé repêché

Le corps d'Alexandre Bonneau, l'adolescent de 16 ans qui s'est noyé dans la rivière Mistassini vendredi, a été retrouvé hier vers 18h15 par les plongeurs de la Sûreté du Québec (SQ), non loin de l'endroit où il avait été vu pour la dernière fois.
Le corps du jeune originaire de Dolbeau-Mistassini a été localisé en fin de journée et a ensuite été rapidement repêché. «Il se trouvait à environ 50 mètres de l'endroit où il avait été vu la dernière fois par les personnes qui l'accompagnaient avant sa disparition», indique la porte-parole de la SQ, Audrey-Anne Bilodeau.
Quelques membres de la famille de la victime ont été rejoints. Ils devaient procéder à l'identification du corps, qui sera ensuite envoyé au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal.
Une autopsie sera réalisée sur la dépouille pour déterminer les causes exactes du décès. «Il pourrait avoir perdu conscience en se cognant la tête sur une roche par exemple», illustre l'agente Bilodeau.
La SQ a refusé de confirmer l'identité de la victime, qui a toutefois circulé sur les réseaux sociaux.
Recherches
Vendredi, l'adolescent avait perdu pied avant d'être emporté par le courant entre la 1re et la 2e chute, près du pont qui enjambe le cours d'eau.
Le Service de protection et de prévention en incendie de Dolbeau-Mistassini s'était chargé des recherches en soirée. Les recherches avaient été interrompues pendant la nuit. Elles ont repris avec l'aide de plongeurs de la SQ en provenance de la Capitale-Nationale, dès 5h samedi matin. Des policiers ont aussi ratissé les berges pendant les recherches.
Les pompiers qui ont pris part aux recherches hier l'ont fait bénévolement, après avoir reçu l'aval du conseil municipal. "Ça ne fait pas partie de notre mission, mais on voulait être là aujourd'hui», a fait valoir le chef des opérations, Roger Boilard, en entrevue téléphonique, en après-midi.
(Avec Mélyssa Gagnon)