Pascal Pilote a été arrêté à son domicile, à 9h45, jeudi matin. Il a été conduit au poste de la SQ de Chicoutimi pour y être interrogé. L'individu de 40 ans a comparu en fin d'après-midi, au Palais de justice d'Alma.

Le conseiller Pascal Pilote arrêté pour harcèlement criminel

Le conseiller municipal et homme d'affaires almatois, Pascal Pilote, prend le chemin des cellules. L'homme de 40 ans a été arrêté à son domicile par la Sûreté du Québec, à 9 h 45, jeudi matin. Il a comparu brièvement devant le juge Jean Hudon en fin de journée.
Cette fois-ci, celui qui est aussi président du conseil d'administration de l'aéroport d'Alma est accusé de harcèlement criminel.
Selon l'acte d'accusation, les faits reprochés se seraient produits à Alma, entre le 1er janvier 2011 et le 2 mars dernier. Chez la présumée victime, les gestes auraient eu pour effet « de lui faire raisonnablement craindre pour sa sécurité ou celle d'une de ses connaissances ».
Pilote est aussi accusé de bris de condition, soit de s'abstenir de consommer de l'alcool ou d'autres substances intoxicantes.
Le ministère public s'est opposé à sa remise en liberté. Pilote sera de retour devant le juge Hudon, mardi, pour son enquête sur remise en liberté.
«C'est difficile pour lui de se retrouver détenu dans une situation semblable. Ce n'est pas quelqu'un qui est habitué avec la détention. Ce sont des passages qui sont plutôt douloureux», a mentionné le procureur de l'accusé, Me Charles Cantin.
Causes pendantes
Pascal Pilote a déjà deux causes pendantes devant les tribunaux. Dans l'un des cas, il doit subir un premier procès, jeudi prochain, au Palais de justice d'Alma, à la suite d'une bagarre survenue l'été dernier. Il doit répondre à des accusations d'avoir proféré des menaces de mort et de voies de fait avec lésions corporelles. Les événements se sont produits en juin 2016, alors que l'accusé aurait asséné des coups à Steeve Boucher, un autre homme d'affaires jeannois.
«Avoir des causes pendantes n'est jamais un élément qui facilite les affaires. Ce sera peut-être une occasion de regarder ce que l'on peut faire pour que les choses avancent plus rapidement. Il y a une question de cautionnement et de garanties nécessaires pour remettre quelqu'un en liberté versus les dossiers pendants et les nouveaux dossiers», a poursuivi Me Cantin.
L'automne dernier, Pascal Pilote aurait aussi été impliqué dans une bagarre survenue au bar Le Perroquet d'Alma. Il est accusé de voies de fait. Dans cette affaire, sa prochaine comparution est fixée au 11 avril.
Antécédents
Parmi les antécédents judiciaires à son actif, Pilote a été reconnu coupable d'avoir conduit avec les facultés affaiblies, de refus de se soumettre à un test d'ivressomètre, de voies de fait avec lésions corporelles et d'entrave, des dossiers qui remontent à la fin des années 1990.
Le maire Asselin en réflexion
Le maire Marc Asselin est en réflexion sur ce qu'il adviendra du sort de son conseiller municipal, Pascal Pilote.
Malgré ses déboires judiciaires, l'élu a continué de siéger autour de la table du conseil municipal et des comités sur lesquels il a été nommé, puisqu'il est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire. L'échevin était d'ailleurs présent, lundi soir, à l'assemblée publique du conseil.
À la ville, la responsable des communications, Audrey-Claude Gaudreault, affirme que «le maire réfléchit actuellement. Il discutera de la situation avec les membres du conseil municipal lundi».
«Je ne pense pas que la loi sur les cités et villes ou autres lois interdisent à quelqu'un de siéger par rapport à des causes pendantes. Maintenant, on verra», a déclaré l'avocat de la défense, Me Charles Cantin. 
Pascal Pilote a été élu à titre de conseiller municipal, le 6 novembre 2005.