Le conseiller municipal Carl Dufour espère pouvoir donner un coup de main aux aînés.
Le conseiller municipal Carl Dufour espère pouvoir donner un coup de main aux aînés.

Le conseiller municipal Carl Dufour propose son aide aux résidences pour aînés

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Le conseiller municipal du secteur Arvida, Carl Dufour, tend la main aux directions des résidences pour aînés. Il a proposé son aide aux gestionnaires des trois résidences de son quartier, afin d’aider l’administration ou en téléphonant aux proches des 800 résidants, si le besoin se fait sentir. Selon lui, le travail de conseiller municipal prend une nouvelle dimension, en ces temps de pandémie.

« Il y a des aînés qui m’ont appelé, depuis le début de la crise. La plupart du temps, c’était simplement pour jaser. Je sens que certains s’ennuient et c’est normal. Alors je leur jase et ça leur fait du bien », explique Carl Dufour, qui avait l’habitude, depuis 10 ans, de visiter les aînés des trois résidences de son quartier chaque année, afin de prendre de leurs nouvelles et discuter avec eux. Ce n’est présentement pas possible. 

Depuis le début de la crise, M. Dufour appelle les gestionnaires des résidences de façon hebdomadaire, afin de savoir s’ils ont des besoins particuliers. Il se tient informé et a été attristé de voir ce qui peut se passer dans certaines résidences pour personnes âgées, notamment dans les CHSLD.

« On ne peut pas être insensible devant de telles situations. J’ai offert mon aide, si le personnel en a besoin, comme téléphoner aux proches des résidants pour leur donner des nouvelles. Ici, à Arvida, ça semble très bien se passer, mais je suis prêt à le faire pour d’autres résidences du Saguenay s’il y a des besoins. J’ai du temps », a expliqué Carl Dufour.

Pour lui, le travail de conseiller est bien différent depuis le début de la crise de la COVID-19. 

« On ne se le cachera pas, il y a un peu moins de travail à faire. On a des réunions et on s’occupe quand même de nos dossiers, mais ça tourne plus au ralenti, avec le confinement. Je crois qu’on peut tous faire quelque chose », note Carl Dufour, ajoutant que les personnes dans le besoin de son quartier peuvent le contacter. 

« Je me promène beaucoup dans le secteur. Les gens semblent respectueux des consignes, ils changent de côté de rue lorsqu’ils croisent des gens. Je n’ai rien vu de malheureux », constate le conseiller municipal.