Chantale Cyr, ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay

Le congédiement de Chantale Cyr contesté

« La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a procédé au congédiement de ma cliente, Mme Chantale Cyr, pendant qu’elle est malade et qu’elle n’est pas en mesure de se défendre. On apprend la nouvelle par les médias ce matin (mercredi). C’est assez grave comme comportement. »

L’avocat Éric Lebel entend déployer tous les moyens pour contester le congédiement de sa cliente survenu mardi soir à la séance régulière du conseil des commissaires de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay. La résolution qui officialise le congédiement de l’ex-directrice générale Chantale Cyr évoque les manquements de cette dernière pendant la période où elle a dirigé les destinées de la commission.

« Ils ont procédé au congédiement pendant que Mme Cyr est en congé maladie. Nous avons offert à la commission scolaire de faire réaliser une contre-expertise médicale et il n’y a pas eu de suite. Ils ne contestent pas son congé maladie. Elle touchait encore jusqu’à aujourd’hui des prestations », rappelle le procureur.

Éric Lebel insiste sur la volonté de sa cliente de se faire entendre par les dirigeants de la commission scolaire pour répondre aux motifs évoqués pour justifier son congédiement. Elle voulait toutefois recouvrer la santé avant de se présenter à un tel exercice. Son avocat avance qu’il a contacté par lettre à plusieurs reprises les dirigeants de la commission scolaire afin d’obtenir toutes les informations qui justifient ce qui a été inscrit dans le texte de la résolution.

« On fait état que Mme Cyr n’a pas été en mesure de remplir ses fonctions, mais quand on leur demande d’expliquer la situation, il n’y a pas de réponse. C’est comme ça pour tous les reproches que l’on fait à ma cliente. »

Le procureur entend déposer devant le Comité d’appel des différents, créé en vertu du Règlement sur les hors cadres des commissions scolaires, le congédiement de Mme Cyr. Il s’agit de l’instance responsable d’entendre ces causes. Deux autres recours seront entendus par le Tribunal administratif du travail.

Plainte déposée

La directrice générale avait déposé auprès de la CNESST une plainte de harcèlement psychologique. Une autre plainte a été déposée à titre de sonneur d’alerte alors que la directrice générale a dénoncé une situation. « La loi protège les sonneurs d’alerte », insiste le procureur qui confirme que les deux plaintes ont été acceptées par la CNESST et référées au Tribunal administratif du travail.

Le procureur n’écarte pas d’entreprendre des poursuites en dommages et intérêts contre les commissaires qui ont voté en faveur du congédiement de la directrice générale.

Rapport du coroner

Me Éric Lebel a attiré l’attention du Quotidien sur le rapport du coroner qui a enquêté sur le suicide de Stéphane Côté, l’ancien directeur général de la CS des Rives-du-Saguenay. Le coroner Sylvain Truchon note dans son rapport des interventions inappropriées des représentants de la commission scolaire. Selon Me Lebel, il ressort à la lumière des événements des dernières heures que la commission scolaire n’a pas corrigé sa politique de prévention de la violence et de harcèlement en milieu de travail.