Les gouvernements du Québec et du Canada contribuent chacun à la construction du complexe pour un montant de 4,4 M$, totalisant 8,8 M$.
Les gouvernements du Québec et du Canada contribuent chacun à la construction du complexe pour un montant de 4,4 M$, totalisant 8,8 M$.

Le Complexe Aquagym prêt dès l’automne

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Le futur complexe sportif de Dolbeau-Mistassini devrait ouvrir plus tôt que prévu, soit dès l’automne prochain. Environ 60 % des travaux de construction ont été exécutés.

L’entreprise Unibec, responsable des travaux, a confirmé le devancement de l’échéancier, lors d’une visite de chantier effectuée mercredi. « On est fiers d’annoncer que le déroulement des travaux pour le Complexe Aquagym de Dolbeau-Mistassini va bon train. Vu l’avancement des travaux à ce jour, on sera en mesure de devancer les délais de livraison prévus à l’échéancier initial de plus ou moins quatre à cinq mois », a précisé Paul Charrette, chargé de projets chez Unibec.

Jean-Robert Wells, de l’entreprise Ambioner, l’architecte Bastien Boudreault, le responsable du chantier Marco Gobeil, le chargé de projets Martin Johnson, Paul Charrette, de Construction Unibec, et le maire Pascal Cloutier ont participé à la visite du chantier avec les médias.

« Présentement, tous les travaux de structures et travaux majeurs sont terminés. On est à s’affairer aux travaux de finition intérieure », a ajouté M. Charrette.

Le complexe sportif devrait être prêt plus tôt que prévu et ouvrir à l’automne 2020.

Comme le devancement des travaux bouscule la préparation de la programmation des prochaines activités sportives, la Ville de Dolbeau-Mistassini n’est toutefois pas en mesure de confirmer une date précise pour l’ouverture officielle du complexe.

Le maire Pascal Cloutier se dit ravi que le projet se déroule bien et a hâte que la population dolmissoise puisse profiter des futures installations sportives.

La piscine principale aura une dimension de 18 m de largeur sur 25 m de longueur.

« Le devancement de l’échéancier des travaux est une excellente nouvelle pour la population, qui pourra profiter plus rapidement des nouvelles infrastructures, dont la piscine, qui n’aura pas à subir d’interruption de services et qui offrira un stationnement adéquat. Bien que cela précipite quelque peu l’organisation de nos services, nous allons mettre toute l’énergie nécessaire afin d’offrir l’accès aux citoyens dès que possible. »

Le chargé de projets pour la Ville a expliqué les détails du complexe lors de la visite médiatique.

En plus de la nouvelle piscine principale de six couloirs, on retrouvera à l’intérieur du complexe un bassin récréatif avec des jeux d’eau, un espace de gymnastique, des salles polyvalentes pour des cours de spinning et de yoga, des espaces de bureau, des gradins, un nouveau vestiaire non genré et une aire de restauration accessible à tous.

La construction du complexe aquatique au coût de 17,1 M $ a été entamée en avril 2019.

Le complexe aquatique est vaste et on y retrouvera deux piscines, dont un bassin récréatif avec des jeux d’eau.

+

UNE PISCINE AUX NORMES

Déjà 1,125 M$ amassé

 Il n’y a pas seulement les travaux de construction du complexe qui avancent à grands pas, la campagne de financement Investir dans un milieu en action va bon train.

La Ville a annoncé l’atteinte de 75 % de son objectif dans le cadre de la campagne de financement du nouveau complexe.

C’est donc un montant de 1,125 M$ qui a été amassé sur un total de 1,5 M$. Tout l’argent a été recueilli auprès de donateurs.

Lorsque la construction sera complétée, le nouveau complexe sportif devrait avoir coûté 17,1 M$, dont 8,8 M$ auront été payés par les gouvernements du Québec et du Canada.

La MRC de Maria-Chapdelaine, elle, s’est engagée à soutenir les frais d’exploitation du complexe pendant 10 ans, pour une somme totale de 2 M$.

En entrevue avec Le Quotidien, le maire Pascal Cloutier était visiblement heureux que la communauté se soit mobilisée financièrement afin de réaliser ce projet d’envergure. « Je me réjouis du succès de notre campagne et de la solidarité dont fait preuve notre milieu une fois de plus. Cette vaste mobilisation démontre le fort consensus autour de ce projet. J’invite ceux et celles qui n’ont pas encore contribué à mettre l’épaule à la roue pour l’atteinte de l’objectif ultime ! »

Il avoue même que c’est cette importante mobilisation qui le rend le plus fier. « Je suis fier de voir l’implication de tout le monde. C’est une implication majeure de la part de beaucoup de monde, tant de la part des employés de la Ville que des gens impliqués au sein du comité de la campagne de financement. Les entrepreneurs aussi ont répondu à l’appel et ça démontre à quel point nous sommes un milieu dynamique. Il ne faut pas oublier l’implication des gens des autres MRC, qui voient le potentiel du complexe pour eux aussi. C’est le projet des citoyens et des citoyennes. » 

La nouvelle piscine respectera plusieurs normes de la Fédération internationale de natation.

Une piscine aux normes

La piscine construite dans le futur complexe sportif respectera plusieurs normes de la Fédération internationale de natation (FINA).

La piscine principale aura une dimension de 18 m de largeur sur 25 m de longueur. On y retrouvera aussi un plongeon d’un mètre.

« Il y a tout un standard établi par la FINA. On n’a toutefois pas une piscine 100 % FINA, car ça prendrait une piscine avec dix corridors. Avec l’aménagement du terrain que l’on avait, on a mis six corridors. C’est correct pour la tenue de compétitions régionales, mais on ne pourra pas en avoir de niveau provincial. Par contre, les temps seront reconnus par les différentes fédérations de natation », a précisé Martin Johnson, chargé de projet.

Afin de respecter les normes FINA, la construction de la piscine a dû être pensée dans les moindres détails, allant de la couleur que l’on retrouve au fond de la piscine à l’installation des plots de départ. « Les plots sont électrifiés avec des haut-parleurs, car maintenant, les fusils de départ sont électriques et ça sonne en dessous des plots. Tout est normé et standardisé par la FINA. Ça nous oblige aussi à avoir des goulottes, qui ne sont pas des écumoires comme des piscines résidentielles. Ça fonctionne plutôt par débordement. On a aussi mis des trappes pour les câbles qui séparent les corridors de nage. Ils vont aller dans le sous-sol à partir d’une trappe au plancher. »

Le bois est mis en valeur dans la structure du toit de la piscine principale.

Le bois est mis en valeur

Comme le bois est une ressource omniprésente dans la région, il était normal qu’il soit utilisé et mis en valeur dans ce projet de plusieurs millions de dollars.

Dès le départ, le conseil de ville avait demandé que la structure du toit de la piscine principale soit construite en bois. Cette demande d’inclure le bois dans le bâtiment se retrouvait d’ailleurs dans l’appel d’offres.

« Au tout début du projet, la Ville avait opté pour avoir le plus possible une structure en bois, à cause de son importance dans la région. C’était un élément très important pour les gens du coin », a expliqué M. Johnson.

Pour le maire Pascal Cloutier, qui assume aussi le rôle de président de l’Alliance forêt boréale, l’utilisation du bois était un incontournable. «  Pour moi, ça ne fait pas de sens qu’en 2020, des gens ne regardent pas la possibilité d’intégrer du bois dans la construction de leur bâtiment. C’est bon pour l’environnement et ça donne un effet chaleureux et complètement différent. C’est vrai que c’est un peu plus dispendieux au coût initial, mais quand on calcule le coût d’opération, le bois surclasse de loin l’acier et le béton. »

Le système de filtration et de pompage.
En plus de l’aréna, on retrouvera une nouvelle piscine de six couloirs de natation, un bassin récréatif avec des jeux d’eau, un espace de gymnastique, des salles polyvalentes, des espaces de bureau, des gradins, un nouveau vestiaire non genré et une aire de restauration.

Pour tous

Que ce soit en solo ou en famille, pour les jeunes athlètes ou les sportifs du dimanche, tous pourront profiter des prochaines installations sportives. Même les personnes à mobilité réduite bénéficieront des futures infrastructures.

« Tout a été pensé pour accommoder les personnes à mobilité réduite. On a quand même la Maison d’intégration Norlac qui est située juste à côté et qui compte une cinquantaine de personnes, qui viennent presque chaque jour se baigner. On a aménagé une rampe avec une main courante. Les gens vont pouvoir utiliser une chaise submersible pour descendre tranquillement dans l’eau », affirme M. Johnson.

En plus de la nouvelle piscine principale de six couloirs, on retrouvera un autre bassin récréatif avec des jeux d’eau, ce qui devrait être populaire auprès des familles. « Le bassin récréatif inclut des jeux d’eau et une entrée plage pour les jeunes familles. On le sait : tout ce qui est loisir aquatique représente une activité abordable. Le bassin est vraiment aménagé pour les tout-petits. »

La MRC de Maria-Chapdelaine s’est engagée à soutenir les frais d’exploitation du complexe pendant 10 ans, pour une somme totale de 2 M$.