Huit familles amies ont installé leurs cabanes les unes près des autres. Hier, ils étaient près d'une trentaine réunis sur les glaces pour le début de la saison et l'anniversaire de la petite Ariane qui célébrait ses deux ans.

Le coeur à la fête

Enfin! Les amateurs de pêche sur glace avaient le coeur à la fête, hier. Eux qui attendaient impatiemment le début de la saison ont pu profiter de leur première journée de fin de semaine confortablement installés dans leur cabane.
Dans le secteur Grande-Baie, plusieurs finalisaient l'installation de leur cabane. D'autres avaient mis une ligne à l'eau, espérant prendre leurs premiers poissons.
Pour certains, la pêche blanche, c'est le bonheur de profiter de la quiétude que leur offre leur petit abri. Installés bien au chaud, ils apprécient le calme, le lien direct avec la nature.
C'est le cas de Katharina Dittrich. L'Allemande d'origine habite la région depuis 1974. C'est l'amour qui l'a menée jusqu'ici. Elle a rencontré son mari Jacquelin Duchesne en Allemagne. Il était militaire. Le couple s'est ensuite installé au Saguenay. La pêche blanche, c'est l'activité que Katharina préfère depuis son arrivée au pays. «Je passe la journée la canne à la main. Je viens tous les jours de la semaine. L'été, je pêche aussi. Mais la pêche sur glace, c'est ce que je préfère. Je ne viens pas ici pour le côté social, mais pour le calme, la nature.»
Jean-Marie Samuelson et Lucie Duchesne installent leur cabane sur la glace de la baie des Ha! Ha! depuis une vingtaine d'années. Hier après-midi, quatre sébastes s'entassaient dans le seau du couple. «C'est ma femme qui les a pris. C'est la meilleure pêcheuse de la cabane», affirme M. Samuelson en riant.
Le couple était impatient d'amorcer la saison. «On va être ici tous les jours, de 4h le matin à 16h. On vient relaxer», affirme Lucie Duchesne.
Un peu plus loin, au bout d'une rue, l'ambiance était tout autre. Une trentaine de personnes étaient réunies sur la glace. L'ambiance était à la fête. La petite Ariane Bouchard célébrait son deuxième anniversaire. Cadeaux, gâteau, jeu gonflable.... Tout avait été prévu pour faire de la journée un moment mémorable.
La petite en est déjà à sa deuxième année sur les glaces. Comme sa mère, elle a été initiée aux joies de la pêche blanche dès ses premiers mois. Sa grand-mère, Hélène Boudreau, pêche quant à elle depuis l'âge de 18 ans.
La cabane familiale est installée sur les glaces année après année. Aujourd'hui, elle est entourée de sept autres cabanes qui appartiennent toutes à des amis.
Huit familles amies sont donc voisines le temps de la saison. «On est environ 16 adultes et 16 enfants», estime Catherine Gagnon, maman d'Ariane.
«Au début, on avait une cabane entre ''chums'', explique Jean-Daniel Lavoie. Maintenant, c'est devenu familial. Chacun a sa cabane avec sa famille.»
Anse-à-Benjamin
À l'Anse-à-Benjamin, de nombreux pêcheurs ont profité du beau temps pour se déplacer sur les glaces à pied, en attendant l'embarquement des cabanes. Le grand nombre de visiteurs a causé quelques maux de tête aux organisateurs qui travaillaient à la planification de l'embarquement qui doit débuter ce matin pour certaines rues (voir encadré).
Après plus de 175 cabanes vendredi, une cinquantaine ont été installées sur les glaces dans le secteur Grande-Baie dans la journée de samedi.
Selon Diane Simard de Contact Nature, coordonnatrice du site, tout se déroule rondement. «Les gens sont patients et respectueux», affirme-t-elle.
L'embarquement se poursuit aujourd'hui. Entre 8h et 16h30, les rues de l'Éperlan, du Capelan, du Turbo Est et du Flétan Est seront ouvertes.
C'est donc dire que toutes les cabanes seront installées dans le secteur Grand-Baie. «Il restera que quelques infrastructures, notamment les patinoires, à installer au cours des prochains jours.»
À l'Anse-à-Benjamin, l'embarquement s'amorce aujourd'hui. Diane Simard signale que les bénévoles sont bienvenus sur le site afin de collaborer à l'installation.
L'embarquement débutera dès 8h pour les rues situées au large seulement. Ainsi, les rues du Saumon, de la Raie, du Flétan, de l'Anguille, de la Morue, du Sébaste et du Turbot seront ouvertes.
Les rues du Brochet et du Harang seront accessibles lundi seulement. Il est par ailleurs impossible actuellement de savoir quand les rues de la Truite, de l'Éperlan et du Capelan seront accessibles. La Ville doit procéder à une évaluation de la situation lundi.