Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie
Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Le CIUSSS vient en aide à la congrégation religieuse touchée

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
La situation des ressources humaines est précaire dans les résidences privées pour personnes âgées et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean en fait la démonstration alors qu’il doit venir en aide à la congrégation religieuse dont l’une des employées a été testée positive au cours des dernières heures.

Lors du point de presse quotidien de la Santé publique, le directeur Donald Aubin a confirmé que le CIUSSS «supportait» la congrégation. Il s’agit d’un support qui vise à trouver des ressources humaines auprès de partenaires et le médecin n’a toutefois pas confirmé que du personnel du CIUSSS avait été dépêché sur place pour occuper des fonctions en soins infirmiers.

«Il y a eu effectivement du support qui s’est fait avec notre personnel et on travaille avec des gens qui les supportent. On cherche aussi à travailler avec des gens qui proviennent d’autres sources. Il y a des gens qu’on cherche à trouver, avec eux, d’autres milieux. C’est une situation qui est délicate et c’est certain qu’ils ont besoin d’aide», a ajouté le médecin.

Dans la situation actuelle, le CIUSSS ne peut avoir de plan de contingence pour pallier à des problématiques dans tous les milieux de vie de la région. Malgré cette réalité, le directeur de la Santé publique confirme qu’il y a des liens avec ces milieux, mais que la pandémie constitue un événement complètement différent de situations traditionnelles d’éclosion de grippe ou de gastro.

Dans la soirée de jeudi, plusieurs messages d’urgence ont circulé sur les réseaux sociaux à l’effet qu’il y avait un besoin urgent de personnel médical, principalement du personnel en soins infirmiers. Les congrégations religieuses sont propriétaires de leur infirmerie et ces endroits sont pratiquement semblables aux CHSLD du gouvernement.

Le CIUSSS surveille également la situation dans une autre résidence pour personnes âgées du secteur privé, qui est en attente de résultats de tests.

Pour le moment, le CIUSSS respecte les orientations ministérielles qui autorisent les CHSLD à accepter des admissions pendant la pandémie. Lors du point de presse de vendredi, le directeur de la Santé publique a indiqué que des mesures étaient prises afin que ces admissions soient sécuritaires.

La direction régionale du CIUSSS n’a donc pas le pouvoir de suspendre les admissions, malgré les objections du personnel qui juge la situation trop à risque pour les poursuivre.

La présence des femmes enceintes sur les lieux de travail est toujours autorisée par le ministère. Tant et aussi longtemps qu’il n’y a pas de circulation communautaire, les femmes enceintes sont autorisées dans les services autres que l’urgence, les soins intensifs et le dépistage. Elles peuvent travailler dans les CHSLD.

La directive devrait normalement changer quand la Santé publique aura établi qu’il y a maintenant de la circulation communautaire du coronavirus au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour le moment, les épidémiologistes de la Santé publique considèrent que la région n’a pas atteint ce niveau de circulation.

Le CIUSSS a un autre problème de taille, soulevé par les employés qui ont contacté Le Progrès. Il s’agit du personnel qui travaille sur plusieurs sites. C’est le cas pour les CHSLD, alors qu’une préposée ou les infirmières auxiliaires et infirmières peuvent, dans certains, cas travailler dans deux endroits.

Le directeur de la Santé publique n’a évidemment pas de pouvoir sur cette situation qui relève de la gestion des ressources humaines.