Le CIUSSS va fermer le CLSC de L'Anse-Saint-Jean

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Au lendemain du passage de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la zone orange, la direction du CIUSSS annonce la fermeture du point de service de L’Anse-Saint-Jean.

Le CLSC du Fjord-à-L’Anse-Saint-Jean figure dans la liste des établissements qui fermeront leurs portes dès vendredi prochain, ce qui devrait occasionner le déplacement de nombreux clients du réseau de la santé vers les CLSC centraux des plus grandes agglomérations pour recevoir des services de suivi, vaccination, néonatalité, etc. Seuls les services de soins à domicile pour les personnes âgées seraient conservés pendant cette période qui demeure pour le moment indéterminée en raison des aléas de la pandémie.

Selon ce que Le Quotidien a appris de sources municipales, il pourrait y avoir d’autres points de services touchés.

Mis au fait de la situation, le maire anjeannois et ex-directeur de l’Agence de santé, Lucien Martel, a confirmé avoir été informé il y a une semaine par la direction du CIUSSS de la fermeture du CLSC du Fjord en raison d’une pénurie de main-d’oeuvre, spécialement chez les infirmières.  

« Ils ont justifié la fermeture du CLSC du Fjord en affirmant qu’il manque actuellement 400 infirmières dans le réseau au Saguenay-Lac-Saint-Jean en raison de la non-disponibilité d’infirmières, de leur isolement pour des raisons de pandémie et autres. Je suis bien triste de cette fermeture puisqu’il s’agit d’un service essentiel. On nous a assurés que dès que la situation le permettrait, les services normaux seront de retour. Il y a eu retrait de l’infirmière clinicienne lundi. Ils sont obligés de retarder des interventions. Il faut comprendre la situation », affirme M. Martel.

Philôme Lafrance a des doutes

Le maire de Petit-Saguenay, Philôme Lafrance, n’accepte pas la situation et se montre suspicieux à l’endroit de l’appareil administratif du CIUSSS.

Invité à réagir, M. Lafrance craint que cette annonce de fermeture temporaire ne devienne permanente malgré les assurances présentées par le CIUSSS. « Je demande au CIUSSS de trouver des solutions afin de recouvrer le plus vite possible les services de santé pour les citoyens de Sagard, Petit-Saguenay, L’Anse-Saint-Jean et Rivière-Éternité », déclare-t-il.

Il ajoute que ces citoyens ont besoin de ces services de proximité puisqu’il s’agit souvent de citoyens les plus pauvres, les moins bien organisés au niveau des transports qui auront à payer de l’essence, des frais de stationnement et prendre du temps pour recevoir des soins de santé. Il ajoute qu’avec les déplacements accrus, le risque de côtoiement d’un plus grand nombre de personnes sont de nature à augmenter la contraction de la COVID-19. « Il ne faut pas que cette fermeture soit une fermeture à long terme. On ne doit pas être passé à la trappe pendant la pandémie », ajoute-t-il.

Pour recevoir certains soins courants, les citoyens de Petit-Saguenay, L’Anse-Saint-Jean, Rivière-Éternité et Saint-Félix-d’Otis devront se transporter à l’hôpital de La Baie pour les services de prélèvement. Les services de changement de pansements et de traitements intraveineux seront offerts au CLSC du Fjord-à-La-Baie ou à l’unité de médecine de jour de l’hôpital. Les services de vaccination sont suspendus. 

Du côté de l’hôpital de Roberval, les services en hémato-oncologie ont repris complètement. Les activités avaient été transférées temporairement, à la fin du mois de mars 2020, vers l’hôpital d’Alma.