Le CIUSSS envisage le transport de patients à Québec

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le CIUSSS pourrait activer dans les prochains jours un plan de contingence en transportant à Québec des patients atteints de la forme sévère de la COVID-19 puisque l’unité de soins intensifs dédiée à la pandémie compte déjà 8 patients sur les 12 lits disponibles.

La porte-parole du CIUSSS, Romane Le Gallou, a expliqué au Quotidien qu’il s’agissait d’une solution envisagée et que des décisions seront prises en fonction de l’évolution de la situation. Le nombre d’hospitalisations augmente à l’hôpital de Chicoutimi en raison de la transmission communautaire du virus et fort probablement des éclosions dans les résidences privées pour aînés.

La région compte maintenant 40 hospitalisations avec des patients répartis entre la zone chaude de l’hôpital d’Alma, le département D2 de l’hôpital de Chicoutimi et l’unité des soins intensifs COVID-19.

Au total, le CIUSSS compte sur un total de 53 lits dédiés à la COVID-19 sur deux sites hospitaliers.

Le CIUSSS peut entrevoir un peu de lumière au bout du tunnel alors que l’intervention rapide au CHSLD Georgers-Hébert de Jonquière, qui avait été déclaré milieu d’éclosion en fin de semaine, semble donner des résultats puisque la résidence n’a aucun nouveau cas confirmé malgré les 187 nouveaux cas au bilan quotidien.

Selon le directeur de la Santé publique régionale, le docteur Donald Aubin, les équipes sont intervenues très rapidement afin de freiner la propagation du virus et surtout éviter qu’il infecte les autres résidents. Habituellement, selon les scénarios observés dans les CHSLD qui ont été frappés fortement par le virus, le nombre de cas positifs grimpe en flèche 24 ou 48 heures après la confirmation d’une première personne atteinte.

Si la situation semble sous contrôle au CHSLD Georges-Hébert, elle continue de se détériorer au sein du personnel et des résidents du CHSLD Jacques-Cartier de Chicoutimi. Le bilan quotidien fait état de 4 nouveaux cas pour un total de 55 employés et 70 résidents. Dans ce CHSLD, 75 % des résidents sont atteints de la maladie et 30 % des employés.

Le bilan de lundi a révélé une fois de plus les problèmes de réinfection du personnel à l’hôpital de Chicoutimi. Ce site d’éclosion a enregistré 15 nouveaux cas.

Jusqu’à maintenant, cette éclosion a touché 142 employés et seulement 2 usagers. Le docteur Donald Aubin a confirmé qu’une équipe spécialisée en prévention des infections de l’hôpital Sainte-Justine était en ce moment en support à Chicoutimi. Sainte-Justine a développé une solide expertise dans ce domaine et le directeur de la Santé publique croit toujours pertinent d’avoir un regard externe sur les pratiques, même s’il est convaincu que le personnel applique à la lettre les consignes relatives au port des équipements de protection.

Le nombre de cas, qui se maintient dans la centaine et plus depuis plusieurs jours, semble indiquer que le passage à la zone rouge n’a pas encore eu d’impact sur la circulation communautaire du virus, si l’on remonte à 7 ou 8 jours plus tôt. Malgré les 187 cas confirmés dans le bilan de lundi, le docteur Aubin estime que l’on se situe dans une courbe de l’ordre de 140 cas en moyenne par jour, ce qui est encore beaucoup trop élevé.

La région est passée en zone rouge le 3 novembre.

La clinique déménage à Alma

La clinique de dépistage qui se trouve à Alma déménage. Elle quittera l’édifice du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle, situé sur le boulevard Champlain, et s’installera au 770, rue Gauthier Ouest dès mardi.

«Cette nouvelle localisation permettra d’offrir des services dans un espace plus grand et mieux adapté aux besoins de la population, en plus de disposer d’un stationnement plus fonctionnel», écrit le CIUSSS sur sa page Facebook pour justifier sa décision.

Il est nécessaire de prendre un rendez-vous par l’entremise du clicsante.ca avant de s’y rendre. AVEC STÉPHANE BOUCHARD