En juillet dernier, un résidant de la Villa des Sables s’est suicidé en sautant d’un balcon du quatrième étage.

Le CIUSSS à la Villa des Sables

Une équipe du département Qualité, performance et éthique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean a visité la résidence privée pour aînés (RPA) Villa des Sables, à Jonquière, jeudi. La visite a eu lieu moins d’une semaine après que Le Progrès eut révélé que deux enquêtes sont en cours en lien avec des événements survenus entre les murs de la ressource certifiée par le CIUSSS il y a quelques semaines.

En juillet dernier, un résidant s’est suicidé en sautant d’un balcon du quatrième étage. Le Bureau du coroner et la Sécurité publique de Saguenay ont tous deux ouvert une enquête pour faire la lumière sur les événements. Des témoignages recueillis par Le Progrès faisaient également état de lacunes en ce qui a trait à la rétention de personnel, au manque de formation offerte aux employés et à la dispense de certains services.

Porte-parole du CIUSSS, Karine Gagnon a confirmé, par courriel, que des représentants du département de la certification se sont rendus sur les lieux pour évaluer la situation et discuter avec la direction.

« Effectivement, le CIUSSS est en action dans le dossier de la Villa des Sables. Rappelons que le CIUSSS est responsable d’octroyer des attestations de certification et doit s’assurer de la qualité des soins et services dispensés. Notre rôle est aussi de collaborer avec les exploitants des Résidences privées pour aînés pour résoudre des problématiques ou améliorer des situations précises ou par exemple le recrutement et la formation du personnel ou l’amélioration de processus cliniques », a-t-elle indiqué.

Selon ce qu’a rapporté la porte-parole, la direction de la RPA a offert « une très belle collaboration ».

« Nous sommes présentement à évaluer, en collaboration avec la ressource, quelles pistes d’amélioration sont à mettre en œuvre. Un plan d’action devra découler des recommandations formulées. Nous travaillons toujours dans l’intérêt des résidents », a poursuivi Karine Gagnon.

Au Bureau du coroner, les évaluations sont en cours. Un rapport sera rendu public au cours des prochaines semaines.