Le président de la Commission des sports de Saguenay, Michel Thiffault, pose en compagnie du DG du Club de soccer de Chicoutimi, Maxime Pépin-Larocque.

Le centre multisport près de l’ancien Walmart

Le centre multisport de Saguenay sera construit à proximité de l’ancien Walmart de Jonquière. Le comité exécutif de Saguenay, réuni jeudi matin, a entériné une promesse d’achat conditionnelle de 2,3 millions de dollars pour l’acquisition d’un terrain de 57 000 mètres carrés. Le site choisi est situé du côté sud de la rue Gallichan, derrière le commerce RPM Harley-Davidson, soit dans l’axe du boulevard René-Lévesque et de la rue Panet.

Le conseiller municipal de Jonquière et président de la Commission des sports et plein air de Saguenay, Michel Thiffault, soutient que le site retenu est le plus avantageux pour Saguenay dans un contexte de projet régional.

Joint jeudi, Michel Thiffault a défendu le choix unanime du comité effectué au terme d’une analyse sérieuse avec des rencontres pour entendre les différentes propositions. Le comité a même rencontré à deux reprises les représentants du Cégep de Jonquière.

Dans un premier temps, Michel Thiffault affirme que le prix payé pour l’acquisition du terrain ne constitue pas une dépense inutile pour la Ville. Il assure qu’il y avait des contraintes dans les autres sites retenus et analysés par le comité.

« Nous avons au départ une économie de 500 000 $ puisque les services d’aqueduc et d’égout sont déjà disponibles. Nous aurions été dans l’obligation de réaliser des travaux pour les autres terrains. Nous avons acheté 600 000 pieds carrés de terrain et le complexe va occuper 60 % de toute la superficie. Ça va nous permettre de vendre des terrains au cours des prochaines années pour des commerces qui souhaitent s’installer à proximité du centre multisport », explique le conseiller municipal.

« Le comité s’est fait un devoir d’écouter les propositions de tous les groupes et les gens ont bien travaillé. Mais le site en bordure de l’autoroute nous permet un accès rapide pour la clientèle du centre qui va provenir des quatre coins de la région. Le terrain est situé à moins de trois kilomètres de toutes les écoles secondaires et des centres-ville d’Arvida, Jonquière et Kénogami. Ce sont des considérations d’accessibilité importantes pour notre analyse », insiste Michel Thiffault.

Interrogé plus spécifiquement sur le site proposé par le Cégep de Jonquière, Michel Thiffault a identifié les raisons qui ont amené le comité à rejeter la proposition. Le centre aurait été installé sur la rue Panet, dans un secteur résidentiel. Il ne croit pas que les citoyens du secteur auraient apprécié une telle infrastructure devant leur maison. Un secteur boisé aurait aussi disparu.

Le président de la Commission des sports est convaincu que l’érection du complexe va aussi donner un souffle pour le développement commercial du secteur. Des gens de tous les arrondissements de la ville en plus des parents du Lac-Saint-Jean vont se rendre au centre multisport qui comprendra le seul terrain de soccer couvert de la région. La dimension économique était aussi considérée dans la grille d’analyse des membres du comité.

Le comité a de plus compté sur l’apport des urbanistes de la ville. Tout indique que les membres du comité considèrent que ce choix n’amplifiera pas la problématique d’étalement de l’arrondissement de Jonquière qui comptera pratiquement quatre centres-ville.

« C’est vrai que ça fait beaucoup, mais c’est une question géographique. C’est une grande ville », soutient le conseiller municipal.

La présidente du conseil d’arrondissement, Julie Dufour, a accueilli ce choix avec satisfaction. Au cours d’un entretien avec Le Quotidien, elle a indiqué que les membres du conseil d’arrondissement sont favorables à ce choix.

« C’est un projet régional et il est situé dans un site qui sera accessible très facilement pour les gens du Lac-Saint-Jean ainsi que les citoyens de Chicoutimi et La Baie », affirme la conseillère municipale.

Tout comme Michel Thiffault, elle ne croit pas que ce choix perpétue les problèmes d’étalement de l’arrondissement de Jonquière. Pour Julie Dufour, le secteur a attiré de nouveaux commerces et ça ne fera qu’en augmenter l’attrait.